Copyright © Healthylife S.C. , Chorzów 2022, Poland 

Tous les droits, y compris le droit de reproduire les textes en totalité ou en partie sous quelque forme que ce soit, sont réservés. 

CHAPITRE I - BORÉLIOSE ET CO-INFECTIONS - COMMENT PLANIFIER LE TRAITEMENT ? 

 

Si vous avez décidé d'utiliser une thérapie naturelle pour traiter la maladie de Lyme, vous rencontrerez plusieurs Protocoles bien connus. Nous discuterons de l'application pratique de ces Protocoles les plus répandus et, à notre avis, les plus efficaces, à savoir : 

Protocole de Buhner 

Protocole de Cowden 

Protocole de Researched Nutritionals®       

Nous vous présenterons également nos conseils pratiques qui peuvent améliorer votre thérapie.      

C'est toujours plus difficile de commencer. Supposons que vous soyez atteint de la maladie de Lyme avec des co-infections par Bartonella et Mycoplasma. Vous décidez de commencer une phytothérapie, ou vous avez terminé une antibiothérapie et décidez de poursuivre le traitement par les plantes. Il n'est pas toujours possible pour tout le monde de demander l'aide d'un médecin ou d'un phytothérapeute qui peut vous aider à choisir les plantes et vous guider pendant toute la durée de la thérapie. Le plus souvent, chacun entreprend seul la planification d'une phytothérapie. Vous vous familiarisez avec les Protocoles disponibles et de nombreuses questions et doutes surgissent, entre autres : 

- Quel Protocole puis-je choisir ? 

- Comment combiner les herbes pour la borréliose avec les herbes pour la co-infection ?  

- Quelle séquence d'herbes choisir ? 

- Quelle forme d'herbes dois-je choisir ? 

- Quelles herbes dois-je choisir en fonction de mes symptômes ? 

Nous vous aiderons à passer en revue ces questions et d'autres. Nous avons préparé pour vous un guide sur les thérapies naturelles utilisées dans la maladie de Lyme, un planificateur pratique qui vous aidera à planifier votre thérapie, un herbier qui présente brièvement les propriétés les plus importantes des herbes et un guide diététique. C'est beaucoup de connaissances pratiques rassemblées dans quatre livres électroniques. Commencez par lire le Guide des thérapies naturelles de Lyme. Il servira de base aux parties suivantes. 

 

Les herbes peuvent-elles aider à combattre la maladie? 

Des millions d'années d'évolution ont fait de certaines plantes nos extraordinaires alliées dans la lutte contre les bactéries et autres microbes. Les bactéries ont la capacité d'analyser un composé unique, qui est généralement un antibiotique chimique, et de générer une série de mécanismes pour l'inactiver et transmettre cette information à d'autres bactéries. Le pouvoir des plantes ne réside pas dans des composants ou des composés chimiques uniques et isolés. Une plante produit de nombreux produits chimiques différents. C'est la puissance de la plante entière et la synergie des composés qu'elle contient qui font que les microbes n'ont aucune chance et doivent battre en retraite. Les bactéries ne peuvent pas faire face à autant de composés aux propriétés complexes et mortelles pour elles. Les bactéries meurent avant d'avoir pu développer des mécanismes de défense contre tout l'arsenal chimique de la plante. De plus, lorsqu'ils sont utilisés correctement, les remèdes à base de plantes ont très peu d'effets secondaires contrairement à de nombreux médicaments chimiques qui sont utilisés. 

En plus, l'approche de Buhner, Cowden ou d'autres éminents développeurs de Protocoles à base de plantes rompt avec la pensée standard de l'approche du traitement de la maladie de Lyme. Selon eux, l'utilisation de l'action antimicrobienne seule est insuffisante. Il ne faut pas oublier de renforcer le système immunitaire, qui, à la suite de l'infection, est non seulement affaibli mais aussi remodelé de manière très spécifique pour les besoins de la bactérie. Nous ne pouvons pas oublier les cytokines induites pendant l'infection, la protection de l'endothélium, la protection des structures et des cellules qui sont infectées par la bactérie. Il est nécessaire non seulement de tuer la bactérie, mais aussi de créer dans le corps des conditions si défavorables qu'elle ne puisse pas se multiplier, se nourrir et se développer de manière agressive dans notre organisme. Cette approche multidirectionnelle a des effets sensationnels pour autant qu'elle soit réalisée correctement.  

Le traitement de la maladie de Lyme et des co-infections au moyen de plantes est un long chemin qui doit être bien planifié. Un tel traitement peut prendre jusqu'à un an et même plus dans le cas de la neuroborréliose. Il faut se rappeler que chacun vit la maladie de manière individuelle. Le type de symptômes d'accompagnement, la gravité des symptômes, l'ensemble des co-infections coexistantes qui entrent en synergie les unes avec les autres, l'âge, l'état du système immunitaire, tout cela s'additionne pour créer un tableau clinique individuel pour chaque patient. Par conséquent, chacun a besoin d'une approche individuelle. Les Protocoles proposés constituent une base sensationnelle. Vous pouvez construire sur eux un noyau thérapeutique sensationnel sur la base duquel vous sélectionnerez des herbes supplémentaires qui soulageront vos symptômes spécifiques. Cependant, vous devez observer et écouter votre organisme. Contrôlez ce qui change et ce qui ne change pas. Ce à quoi vous réagissez bien et ce qui ne vous convient pas.  

Nous vous guiderons tout au long du processus de planification. Nous vous familiariserons avec les avantages des Protocoles. Nous vous donnerons des conseils fondés sur notre expérience. Il s'agit d'un schéma que vous pouvez utiliser pour planifier et suivre votre thérapie. Adaptez-le à vous-même, soyez flexible et écoutez votre corps.  

Nous avons créé pour vous un "Planificateur" contenant de nombreuses fiches utiles pour vous aider à planifier votre thérapie. Cela vous aidera à surveiller vos symptômes, à vérifier les étapes de votre traitement, à trouver des conversions de doses et des tableaux de comparaison.Ce sera votre guide pendant la thérapie.  

 

 

 

 

 

Comment utiliser le Planificateur ? 

 

Veuillez noter qu'il y a un espace dans le coin supérieur gauche pour écrire la date. Vous pouvez imprimer plusieurs fois les cartes dont vous avez besoin, mais n'oubliez pas d'indiquer la date de début du traitement sur la première série de cartes et, chaque fois que vous changez de carte, imprimez de nouvelles cartes et inscrivez la nouvelle date. Classez les séries chronologiquement parce que cela vous permettra de comparer plus facilement les étapes de la thérapie. 

 

Le Planificateur est divisé en plusieurs sections : 

 

Informations sur les infections détectées et les symptômes observés - page 4 du Planificateur 

 

C'est la première étape de la planification. Indiquez sur le tableau les infections qui vous ont été diagnostiquées. Vous ne pouvez pas vous concentrer uniquement sur le traitement de la Borrelia elle-même. Il sera très courant, et même pas exagéré, de dire qu'il y a presque toujours d'autres infections caractéristiques dans le corps en plus de la Borrelia. Les co-infections doivent être traitées en parallèle avec Borrelia. Dans la suite de ce guide, nous reviendrons sur le problème des co-infections et expliquerons plus en détail leur grande importance pour la réussite du traitement de la maladie de Lyme. Si vous n'avez pas été diagnostiqué comme ayant une co-infection, vous devez vous faire tester.  

L'étape suivante consiste à cocher les symptômes contre lesquels vous luttez. Sur le tableau, vous avez indiqué les symptômes les plus courants. Si vous avez des symptômes qui ne figurent pas dans la liste, notez-les dans l'espace prévu à cet effet. Notez tout ce qui vous dérange, même les symptômes qui, selon vous, ne sont pas liés à la maladie de Lyme. Il est bon d'imprimer cette carte une fois par mois et de la comparer avec les cartes des mois précédents. Parfois, vous pouvez oublier certains des symptômes que vous aviez au début. Si vous notez tout, vous pourrez voir de mois en mois quels symptômes disparaissent ou quels nouveaux symptômes apparaissent. Ne comparez pas seulement d'un mois à l'autre, mais toutes les cartes complétées. Vous pouvez également noter la gravité de vos symptômes. Une échelle suggérée est de 1 à 5, où 1 correspond à une gravité faible et 5 à une gravité élevée.  

 

 

 

 

 

 

BORRELIA - herbes et compléments alimentaires - pages 5-7 du Planificateur                

                  

Au chapitre V de ce guide, vous trouverez une description des Protocoles : le Protocole Buhner, le Protocole Cowden et le Protocole Researched Nutritionals®. Si vous n'avez pas encore décidé quel Protocole vous convient le mieux, veuillez vous reporter au chapitre V. 

Aux pages 5 à 7 du Planer, vous trouverez une liste d'herbes et de divers suppléments pour la maladie de Lyme. Dans le coin supérieur gauche, entrez la date de début de la thérapie, puis notez toutes les herbes avec lesquelles vous commencez la thérapie. 

La première catégorie est le "Protocole de base de Buhner". Si vous décidez de choisir ce Protocole comme noyau thérapeutique, cochez les herbes que vous introduisez. Dans le Protocole Buhner, il est préférable d'introduire comme thérapie de base toutes les herbes de la dernière mise à jour de son Protocole, à savoir : Andrographis, Renouée du Japon, Liane du Pérou, Salvia miltiorrhiza, Scutellaire du Baïkal, collagène et sélénium. Nous reviendrons plus loin dans ce guide, au chapitre III, pour expliquer pourquoi un Protocole complet est si crucial. Si vous avez l'intention d'incorporer immédiatement toutes les herbes mentionnées ci-dessus dans votre thérapie, indiquez-le dans le tableau. Certaines personnes ont besoin de temps pour s'habituer aux herbes. Si vous avez peur de tout utiliser en même temps, prenez votre temps, écoutez votre corps et commencez par introduire trois plantes de base : l'Andrographis, la Renouée du Japon et la Liane du Pérou. Sur votre feuille de début de thérapie, cochez ces herbes. Lorsque votre corps tolère bien les herbes, le mois suivant, ajoutez la Salvia miltiorrhiza, la Scutellaire du Baïkal , le collagène et le sélénium. Imprimez la carte suivante, notez la date et écrivez ce que vous utilisez et à cet endroit, c'est-à-dire au deuxième mois, vous avez déjà dans votre thérapie : Andrographis, Renouée du Japon, Liane du Pérou, Salvia miltiorrhiza, Scutellaire du Baïkal, collagène et sélénium. Nous vous suggérons de marquer avec un marqueur de couleur les éléments que vous avez ajoutés au cours d'un mois donné (dans ce cas : Salvia miltiorrhiza, Scutellaire du Baïkal, collagène et sélénium). Vous pouvez planifier l'introduction des herbes en fonction de vos propres sentiments. Il est important de noter les changements et d'enregistrer ce que vous ressentez. Cela vous permettra d'observer comment vous réagissez à la thérapie. Les herbes pour la maladie de Lyme selon le Protocole Buhner doivent être utilisées pendant 12 mois et pour la neuroborréliose jusqu'à 18 mois. Il s'agit de délais généraux. Vous savez probablement déjà que la maladie de Lyme est une infection très difficile à combattre. Buhner souligne que tout dépend de la réaction individuelle de l'organisme. Dans les cas graves de maladie de Lyme, la durée du traitement peut être prolongée.  Une fois le Protocole complet terminé, certaines plantes peuvent encore être utilisées en entretien, mais cela dépend de ce que vous ressentez.  

La deuxième catégorie est celle du "Protocole de Researched Nutritionals®". L’entreprise Researched Nutritionals® a mis au point des Protocoles pour la maladie de Lyme et les co-infections qui sont de plus en plus populaires. De nombreux médecins utilisent leurs produits. Plus loin dans ce guide, nous présenterons le concept du Protocole Researched Nutritionals®. Si vous choisissez d'utiliser leurs produits comme base de votre thérapie, indiquez-le dans le tableau. N'oubliez pas que dans ce cas, vous ne choisissez pas des produits individuels mais l'ensemble des produits recommandés. Un seul produit ne fonctionnera pas, car dans le Protocole Buhner, vous avez besoin de l'ensemble des produits recommandés - dans Palner, à la page 32, vous trouverez une description détaillée de ce Protocole.  Nous recommandons d'ajouter du collagène au Protocole. L'importance d'inclure le collagène dans votre thérapie est décrite dans le chapitre V. 

Il n'y a pas de produits du Protocole de Cowden sur la carte, purement et simplement parce que celui-ci comprend un cahier avec un plan de traitement très précis pour chaque série de produits, qui est écrit pour chaque jour. Si vous décidez de suivre le Protocole de Cowden, suivez cette liste.  

Nous avons ensuite classé les plantes en fonction des symptômes les plus courants. Vous trouverez ici des catégories telles que la neuroborréliose, la fatigue chronique, l’obscurcissement cérébral  et les problèmes de concentration, les sentiments d'anxiété, l'agitation, la dépression, les problèmes articulaires, les tremblements musculaires, l'engourdissement des membres, les problèmes cardiovasculaires, les problèmes de sommeil, la réaction de Jarisch-Herxheimer et la désintoxication, les gonflements, les problèmes de libido ou les problèmes oculaires. Comme vous pouvez le constater, la liste que nous avons préparée pour vous est assez longue. Nous avons essayé de répertorier le plus grand nombre possible de plantes et de suppléments susceptibles de s'appliquer à un symptôme donné. L'ensemble est préparé sur la base de nombreuses sources et de notre expérience. Le kit est censé être une indication pour vous. N'oubliez pas que chacun peut réagir mieux ou moins bien à une herbe particulière. N'introduisez absolument pas tous les produits figurant dans le kit. Lisez nos suggestions. Dans une annexe séparée, "Herbier. Herbes et suppléments pour la maladie de Lyme", il y a des descriptions d'utilisations à base de plantes et des suggestions pour choisir des combinaisons à base de plantes. Les informations qui s'y trouvent peuvent vous aider à choisir des herbes supplémentaires. 

Choisissez une ou deux plantes, introduisez-les dans votre thérapie et observez la réaction de votre organisme. Par exemple, pour un problème de "cerveau embrouillé", introduisez la plante Gotu kola. C'est pourquoi vous avez un planificateur pour marquer ce que vous avez introduit. Après un mois, évaluez si le Gotu kola vous a aidé à résoudre votre problème de brouillard mental ; si c'est le cas, laissez-le en thérapie. Si vous ne constatez pas d'amélioration, notez-le. Imprimez une autre carte sur laquelle vous cochez un autre produit de la liste, par exemple ATP Fuel ou Ginkgo biloba (NB : si vous imprimez une nouvelle carte pour saisir les informations sur un nouveau produit, n'oubliez pas d'écrire sur cette carte les autres herbes que vous gardez en thérapie, par exemple les herbes du Protocole Buhner"). En introduisant progressivement les plantes dans vos symptômes, vous pourrez observer clairement la réaction de votre corps. Noter ces observations peut également être utile à une autre personne atteinte de la maladie de Lyme avec laquelle vous pouvez échanger vos expériences.  

La supplémentation en vitamines et minéraux est également indiquée sur les fiches à côté des symptômes. En plus des herbes que vous choisissez, il est utile d'ajouter une série de suggestions de supplémentation. Pour le brouillard mental, en plus du Gotu kola, ajoutez : magnésium, complexe de vitamines B, oméga 3 et coenzyme Q10. Notez tout sur le tableau.   

Les suggestions de Buhner dans son livre peuvent vous aider dans votre choix. Il a classé les herbes de manière très précise en fonction des symptômes et a donné des dosages exacts. 

N'oubliez pas que les herbes énumérées sur la feuille ne sont pas les seules à pouvoir vous aider en cas de symptômes gênants. Si vous utilisez une autre plante qui s'est avérée efficace, inscrivez-la sur la carte dans l'espace "Commentaires".  Inscrivez vos observations sur la carte dans la section "Commentaires". 

N'oubliez pas d'imprimer une autre feuille pour chaque nouvelle modification du Protocole. Écrivez la nouvelle date, indiquez ce que vous laissez de côté et ce qui est nouveau dans la thérapie. Dans la section "Commentaires", écrivez vos sentiments et ce que vous avez exclu du Protocole et pourquoi. Chaque fois, comparez les cartes d'un mois à l'autre et avec les mois précédents.      

 

CO-INFECTIONS 

 

Maintenant, nous allons passer aux co-infections.  Commençons par une brève introduction sur l'importance des co-infections dans le contexte de la maladie de Lyme. 

Beaucoup de gens ne traitent que la maladie de Lyme. Ils se concentrent uniquement sur les espèces de Borrelia. Malheureusement, la borréliose de Lyme est très souvent accompagnée de co-infections dites "à tiques". Les co-infections de la borréliose de Lyme sont des co-infections qui provoquent des maladies transmises par les tiques en même temps ou en même temps que Borrelia, ou des co-infections qui sont transmises par une autre voie. Une coinfection augmente l'infectivité de l'espèce de parasite suivante et facilite sa transmission dans l'hôte, c'est-à-dire que les infections ultérieures sont beaucoup plus faciles. 

 

Les principales co-infections associées à la maladie de Lyme sont les suivantes : 

    Bartonella 

    Babesia 

    Chlamydia pneumoniae 

    Ehrlichia 

    Anaplasma 

    Mykoplasma pnuemoniae 

    Rickettsia 

    Yersinia 

 

Toutes ces co-infections présentent un mécanisme d'action spécifique dans l'organisme et provoquent des symptômes plus ou moins caractéristiques. En outre, vous devez vous rappeler qu'il existe un phénomène de synergie entre les bactéries. Si vous êtes infecté par deux ou plusieurs agents pathogènes transmis par les tiques, leur effet sur votre organisme est beaucoup plus grave que si vous êtes attaqué par un seul agent pathogène. Les symptômes de la maladie de Lyme s'aggravent et les effets négatifs de la bactérie Borrelia sur l'organisme humain augmentent. Il est pratiquement impossible d'éliminer la bactérie Borrelia sans éliminer en même temps les co-infections. Si l'on traite la borréliose de Lyme sans traiter en même temps les co-infections, c'est la cause la plus fréquente des maladies de Lyme dites résistantes.  

Les agents pathogènes s'utilisent mutuellement. Le phénomène de synergie peut être illustré par un exemple : le rapport de Borrelia-Bartonella. 

Supposons que la bactérie Borrelia ait attaqué les structures collagéniques dans, par exemple, l'articulation du genou (rappelons que la bactérie Borrelia a une affinité pour les structures collagéniques, elle se dirige donc toujours vers ces structures car elles lui garantissent de la nourriture). Lorsque le tissu collégien se décompose, le corps humain réagit immédiatement et envoie des cellules CD34+ dans la zone concernée pour aider à réparer les dommages. Si l'organisme est simultanément infecté par la Bartonella, un nouveau problème se pose. La Bartonella s'attaque aux cellules CD34+, ce qui est caractéristique d'une infection par cette bactérie. Dans cette situation, certaines des cellules CD34+ sont déjà infectées par Bartonella. Les cellules CD34+ infectées sont ainsi envoyées vers l'inflammation locale provoquée par la dégradation du collagène par la bactérie Borrelia. Bartonella profite de l'inflammation existante, ce qui facilite sa croissance. Bartonella commence à se multiplier dans la zone. Une fois qu'elle a formé des colonies, elle commence à induire sa propre cascade de cytokines, qui contribueront à endommager encore plus le collagène à cet endroit. Plus le collagène est endommagé, plus la destruction de l'articulation est importante et plus les symptômes s'aggravent. L'articulation du genou commence à être douloureuse et une inflammation à long terme peut causer de graves dommages à l'articulation.   

C'est l'une des nombreuses interactions synergiques possibles. Il est important de se rappeler que plus les agents pathogènes ultérieurs sont nombreux, plus la charge sur le système immunitaire est importante. Le système immunitaire est surchargé, ce qui peut entraîner des pathologies. Chaque co-infection successive n'est pas seulement la somme des parties ; c'est une synergie, une synergie qui conduit à des réponses pathogènes avancées et renforcées. Un dicton dit que "l'union fait la force" - il en va de même pour les agents pathogènes. Ils travaillent ensemble et se comportent d'une manière complètement différente de celle d'une infection avec un seul pathogène individuel.  

Vous ne pouvez ignorer aucune des co-infections. Si vous décidez qu'une coïnfection particulière apparue dans le test n'est pas une priorité pour vous pour le moment parce que vous préférez vous concentrer uniquement sur la maladie de Lyme, alors rappelez-vous que cela ne fonctionnera pas, que vous menez un combat inégal. Vous traverserez une année de traitement ou plus, puis vous vous retrouverez au point de départ et vous devrez tout recommencer. Faites tester vos co-infections ! 

 

Comment planifier l'introduction de plantes pour des co-infections spécifiques? 

N'oubliez pas que les herbes pour Borrelia sont au cœur de votre traitement. Vous devez les prendre pendant une période de 12 à 18 mois. Pendant cette période, introduisez des herbes pour les co-infections.  

La première co-infection dont vous devez vous occuper est toujours la Babesia (bien sûr si elle a été mise en évidence lors des tests ou si vous avez des raisons de penser que vous êtes infecté par cette maladie malgré les résultats négatifs des tests, car cela arrive aussi). Babesia est un protozoaire, c'est-à-dire un organisme plus grand qu'une bactérie.  La babésia peut "cacher" d'autres bactéries dans l'organisme, il faut donc penser à l'éliminer d'abord.  

Dans le cas d'autres co-infections, il n'y a pas d'ordre fixe. Tout dépend de ce que vous avez testé et de vos symptômes.  

Vous pouvez introduire les Protocoles pour les co-infections une par une, ou si vous tolérez bien les herbes, vous pouvez traiter simultanément plusieurs co-infections à la fois. Nous vous recommandons de commencer par des plantes pour la maladie de Lyme et, au bout d'un mois, lorsque votre corps est habitué à prendre des plantes, vous pouvez commencer à introduire des plantes pour les co-infections.  

Lorsque vous commencez à examiner les Protocoles pour les différentes co-infections, vous pouvez être horrifié par le nombre d'herbes potentielles que vous devez introduire. Cependant, si vous analysez attentivement les Protocoles, vous verrez que certaines des plantes se chevauchent et que vous pouvez travailler efficacement sur plusieurs co-infections à la fois. À cette fin, nous avons préparé des résumés pour vous. 

Pour les herbes de Buhner, consultez la liste dans le "Planificateur" à la page 22.   

Exemple : en plus de Borrelia, vous avez des co-infections causées par Bartonella, Mykoplasma et Rickettsia.  

Comme thérapie de base, vous utilisez des herbes pour Borrelia. À cela, vous devez incorporer des herbes pour Bartonella, Mykoplasma et Rickettsia. Regardez le résumé dans le tableau. Pour chaque infection, les herbes utilisées dans le Protocole sont marquées. Le résumé dans le tableau vous permet de voir ce qui se chevauche. Si vous entrez les herbes pour la Bartonella, vous verrez qu'il y a un grand chevauchement avec les herbes pour le Mycoplasma. Notez que les herbes qui sont dans le Protocole pour Mykoplasma et pas dans le Protocole pour Bartonella sont : Extrait de scutellaire de Baïkal, Schisandra chinese, Eleutherococcus et de feuille d'olivier. Cependant, la scutellaire de Baïkal est dans le Protocole pour Borrelia, donc vous ne faites pas double emploi avec cette plante. Toutes ces herbes se recoupent également avec les herbes pour Rickettsia. Il s'ensuit que si vous utilisez le Protocole pour Borrelia et que vous introduisez le Protocole pour Bartonella, il vous suffit d'ajouter de l'extrait de feuilles Schisandra chinese, Eleutherococcus et d'olivier et vous agirez simultanément sur quatre infections, c'est à dire : Borrelia, Bartonella, Mycoplasma et Rickettsia.    

De la même manière, vous pouvez comparer d'autres séries d'infections. Si vous planifiez bien, la thérapie prendra forme et vous pourrez la mener à bien sans problem et réduisez vos coûts.  

Dans le cas de co-infections, Buhner suggère souvent des mélanges à base de plantes. Il suggère généralement l'apport recommandé pour l'ensemble du mélange plutôt que pour chaque herbe séparément. Voir plus d'informations sur les mélanges d'herbes à la page 24 du planificateur. 

Si vous décidez d'introduire le Protocole de Researched Nutritionals®, la situation est similaire.  

Consultez la liste dans le "Planificateur" à la page  23 . 

Si, par analogie, nous devions rassembler les mêmes infections, c'est-à-dire :  Borrelia, Bartonella, Mykoplasma et Rickettsia puis noter qu'en introduisant des produits pour Borrelia, ils font double emploi avec les produits pour Bartonella, Mykoplasma et Rickettsia. Il suffit donc d'inclure le Protocole proposé pour Borrelia dans votre thérapie et l'effet sera multidirectionnel sur les autres co-infections, en l'occurrence Borrelia, Bartonella, Mycoplasma et Rickettsia. 

Si, en plus, vous aviez un problème avec Babesia, il vous suffirait d'ajouter l'Artemisinin SOD et le Crypto-Plus au Protocole pour Borrelia et vous affecteriez alors 5 infections en parallèle : Borrelia, Bartonella, Mycoplasma, Rickettsia et Babesia. 

Si vous décidez de suivre le Protocole Cowden, son Protocole en général cible déjà la maladie de Lyme et toutes ses co-infections. Suivez leurs instructions. 

Nous espérons qu'à ce stade, après avoir comparé les plantes dans les tableaux, les co-infections ne vous sembleront plus aussi effrayantes pour les intégrer dans un Protocole de traitement par les plantes. 

Passons donc aux fiches suivantes pour chaque co-infection. Familiarisez-vous avec celles qui vous concernent.    

 

BABESIA - herbes et suppléments - pages 8-9 du Planificateur 

 

Babesia est un parasite protozoaire qui ressemble fortement aux spirochètes du paludisme, mais contrairement à ces derniers, il est transmis par les tiques et non par les moustiques. L'infection à Babesia coexiste souvent avec la maladie de Lyme et/ou d'autres infections transmises par les tiques. Les symptômes de l'infection par la babésiose vont de légers à graves. Les formes légères restent très souvent non diagnostiquées car elles sont confondues avec les symptômes de la maladie de Lyme. Les personnes aux premiers stades de l'infection signalent souvent une forte fièvre et des frissons. Les infections chroniques peuvent être asymptomatiques et les symptômes les plus courants sont des fièvres ou des sous-fièvres périodiques, des frissons et des douleurs musculo-articulaires, un syndrome de fatigue chronique, des sueurs et des problèmes respiratoires décrits comme "l'incapacité de prendre une respiration complète". 

En outre, les infections à Babesia peuvent provoquer une inflammation du foie, des reins et de la rate en raison de l'obstruction des vaisseaux sanguins capillaires et de la stagnation de la microcirculation due au dépôt de fragments d'érythrocytes détruits dans les vaisseaux. 

 

Informations importantes sur le mécanisme d'action de Babesi dont il faut tenir compte lors de la planification du traitement : 

Babesia pénètre dans les globules rouges, les érythrocytes, où elle se développe, se multiplie et les détruit. En outre, les infections à Babesia peuvent entraîner une obstruction des capillaires sanguins et une stagnation de la microcirculation en raison du dépôt de fragments d'érythrocytes détruits dans les vaisseaux. Leur présence dans le sang peut provoquer une inflammation du foie, des reins et de la rate. 

 

 

En outre, Babesia utilise deux mécanismes caractéristiques pour se défendre contre le système immunitaire humain : 

1. Babesia inhibe de manière significative la production d'oxyde nitrique (NO) dans le corps humain. 

Lorsqu'un parasite attaque les érythrocytes, ces derniers libèrent de l'oxyde nitrique (NO), qui constitue l'un de leurs principaux mécanismes de défense. L'oxyde nitrique est un gaz toxique pour de nombreuses bactéries et parasites intracellulaires, dont Babesia. Babesia a donc développé un mécanisme de défense : elle sécrète un composant très similaire à l'arginase, qui existe naturellement dans le corps. L'arginase est une enzyme qui inhibe de manière réversible la production de NO par les érythrocytes ; elle inactive la L-arginine, qui est un substrat essentiel de la synthèse du NO. Babesia étant très sensible à la L-arginine, une supplémentation en L-arginine permet d'inhiber l'infection par Babesia. 

2. Babesia a la capacité de changer la polarité immunitaire, modifiant ainsi la réponse immunitaire humaine de Th 1 à Th 2. 

Les cellules T immunitaires (cellules Th en abrégé) deviennent actives pendant une infection. Selon le type d'infection, l'organisme stimule la production de différents types de ces cellules : Th 1, Th 2, Th 3, Th 9, etc. C'est important car, en général, un agent pathogène donné est combattu par une réponse immunitaire donnée, et une mauvaise adéquation entre le mécanisme et l'agent pathogène signifie que l'organisme ne peut pas éliminer l'agent pathogène. Les cellules Th1 sont impliquées dans les réponses de type cellulaire contre les pathogènes intracellulaires. En revanche, les lymphocytes Th2 sont les principales cellules qui déterminent les mécanismes de réponse humorale contre les agents pathogènes extracellulaires. Ce mécanisme est utilisé par la majorité des co-infections de Lyme, qui résident dans les cellules. Cela permet d'inhiber efficacement la réponse immunitaire réelle. Un modèle polarisé Th2 est associé à de nombreux troubles auto-immuns tels que le lupus ou la sclérodermie systémique. 

 

Les étapes suivantes doivent donc être prises en compte dans le traitement du Babesi : 

    1. Action antiprotozoaire. 

    2. protection des érythrocytes mais aussi protection de l'endothélium, de la rate, du foie et des reins. 

    3. Modulation de la réponse immunitaire, régulation de la cascade de cytokines, inhibition de la production d'arginase, augmentation des taux de L-arginine et de NO. 

    4. Effets anti-symptomatiques. 

 

Avec ces informations, consultez votre "Planificateur" à la page 8.  Si vous décidez d'utiliser le Protocole Buhn "Protocole de base de Buhner" ou "Protocole étendu de Buhner". 

Dans le "Protocole de base de Buhner", trois plantes de base sont citées : Alchornea cordifolia, Cryptolepis sanguinolenta, Sida acuta. Il s'agit de plantes qui présentent un fort effet antiprotozoaire et qui ont un effet systémique, c'est-à-dire qu'elles se répandent dans le sang de l'organisme, affectant ainsi chaque cellule et chaque organe. En outre, ils renforcent le système immunitaire et le Sida acuta a un effet protecteur sur les érythrocytes. Si vous optez pour cet ensemble, cochez les herbes du "Protocole de base de Buhner" sur la carte. Nous recommandons d'inclure la L-arginine dans ce kit en raison du mécanisme spécifique décrit ci-dessus. 

Toutefois, si vos symptômes de Babesi sont sévères, vous pouvez associer les plantes du "Protocole étendu de Buhner". Il s'agit d'une approche très complète couvrant exactement chaque étape décrite ci-dessus. N'oubliez pas que pour que le Protocole fonctionne, vous devez utiliser toutes les herbes et tous les produits qu'il contient. Une seule herbe ne sera d'aucune utilité. Si vous décidez d'utiliser ce kit, cochez tous les produits du "Protocole étendu de Buhner" sur la carte. 

Dans le protocole étendu pour Babesia, Buhner recommande un mélange d'herbes : Schisandra chinensis, ginseng coréen (Lat. Panax ginseng) et racine de réglisse (Lat. Glycyrrhizae glabra). Vous pouvez soit mélanger les 3 teintures individuelles dans les bonnes proportions et utiliser les herbes selon les directives de Buhner, soit utiliser la teinture SPL Herbal Mix prête à l'emploi, qui est une combinaison de ces trois herbes. Si vous décidez d'utiliser la teinture SPL Herbal Mix, marquez les herbes incluses dans la teinture dans le planificateur, à savoir : Schisandra chinensis, ginseng coréen et réglisse. 

N'oubliez pas d'utiliser le tableau de la page 22 du Planificateur pour voir si certaines des herbes se chevauchent avec d'autres que vous avez déjà introduites. Ne pas dupliquer les herbes. Suivez les règles décrites précédemment. Ce tableau est destiné à vous aider à choisir les herbes si vous souffrez de plusieurs infections.   

Les herbes de Buhner pour Babesie sont appliquées conformément à ses directives pendant 30 à 60 jours ou répétées si nécessaire. En pratique, les thérapies valent la peine d'être utilisées pendant 60 à 90 jours.  

Si vous avez opté pour une thérapie avec des produits Researched Nutritionals®, dans le cas de Babesia, n'ajoutez que des produits qui ne se chevauchent pas avec les produits pour la maladie de Lyme, dans ce cas uniquement Artemisinin SOD et Crypto-Plus (consultez le tableau de la page 21 dans le Planificateur). Ne pas dupliquer les préparations. Marquez tout ce que vous avez choisi dans la catégorie "Protocole de Researched Nutritionals®".  

Dans le planificateur sur la page 32, vous trouverez l'intégralité du protocole de Researched Nutritionals®. 

N'oubliez pas que rien ne vous empêche de combiner les protocoles. Si vous suivez le protocole Buhner pour la maladie de Lyme, vous pouvez utiliser sur Babes soit les herbes suggérées par Buhner, soit les produits suggérés par Researched Nutritionals® ou vice versa.  

Sur la carte, vous avez en outre classé les herbes en fonction de vos symptômes. Vous pouvez compléter la thérapie avec des plantes supplémentaires pour un symptôme donné. Le principe de sélection est le même que celui décrit ci-dessus pour la maladie de Lyme. Notez simplement que certaines des herbes pour les symptômes de Babesia se chevauchent avec celles pour les symptômes de la maladie de Lyme. Étudiez les ensembles d'herbes sur les cartes et si vous vous décidez pour quelque chose, marquez-le sur la carte. 

BARTONELLA - herbes et compléments alimentaires - pages 10-11 du Planificateur             

                      

Bartonella est une bactérie aérobie gram-négative. Les espèces de Bartonella sont sujettes à des changements génétiques rapides et difficiles à détecter. Le terme BLO (Bartonella Like Organism) a donc été adopté pour décrire l'organisme qui cause la bartonellose humaine transmise par les tiques. On ne sait pas exactement si la bartonellose transmise par les tiques est ou non la bartonellose typique connue sous le nom de maladie des griffes du chat. Les symptômes de la bartonellose staphylococcique sont différents de ceux de la maladie des griffes du chat. Par commodité, le terme "Bartonella" restera dans la suite de ce guide comme une infection transmise par les tiques. La Bartonella accompagne très souvent la maladie de Lyme. Lorsque ces deux infections coexistent, les symptômes sont exacerbés, surtout si le système nerveux central est touché. 

Les symptômes typiques des infections à Bartonella sont les suivants : fatigue chronique, symptômes périodiques de type grippal, états subfébrile ou chutes de température, lymphadénopathie (souvent par intermittence), sensation de brûlure, notamment au niveau de la plante des pieds ou douleurs lancinantes, sensibilités, troubles sensoriels de la peau, problèmes oculaires, y compris douleurs oculaires, maux de tête, troubles cognitifs, sautes d'humeur, irritabilité, nervosité, anxiété, symptômes dépressifs, troubles du sommeil, nodules sous-cutanés sensibles au toucher le long des extrémités, éruptions longitudinales rouges ou bleues (parfois semblables à des vergetures), éruptions papuleuses. 

 

Informations importantes sur le mécanisme d'action de Bartonella à prendre en compte lors de la planification du traitement : 

La bactérie Bartonella a une forte affinité pour deux structures de l'organisme : l'endothélium et les globules rouges. Bartonella a une relation étroite avec les cellules endothéliales. La bactérie colonise l'endothélium et, par divers mécanismes, stimule la croissance incontrôlée des cellules endothéliales dans l'organisme, créant une condition appelée hyperplasie endothéliale. Grâce à ces structures, les bactéries disposent d'un abri, de nutriments et de conditions propices à leur multiplication. La croissance des cellules endothéliales stimulée par la bactérie Bartonella va, en fonction de la localisation, produire des symptômes spécifiques dans cet organe et cela sera le résultat de l'infection qui s'y déroule. 

Bartonella a besoin d'une grande quantité d'hème pour survivre et a donc une prédilection pour les globules rouges. En effet, en attaquant les globules rouges, il a accès à l'hème. L'hème est décomposé en ses éléments constitutifs afin d'obtenir les nutriments dont il a besoin, dont le fer. Les Bartonella infectent les globules rouges, prennent l'hème de l'hémoglobine et s'y multiplient.  

La protection de l'endothélium et des globules rouges contre l'invasion de Bartonella est essentielle pour perturber les conditions de la bactérie - sa nutrition et sa multiplication, car elle ne peut pas produire elle-même les nutriments importants pour sa survie. En interférant avec ces facteurs, nous empêcherons la propagation de l'infection. 

Bartonella, comme Borrelia, induit une réaction complexe de cascade de cytokines. Les bactéries utilisent ce mécanisme complexe et hautement synergique pour augmenter le nombre de vaisseaux sanguins et l'endothélium qui les tapisse, ce qui leur donne plus d'espace vital - et plus d'accès au sang, en particulier aux globules rouges, qui leur fournissent les nutriments dont elles ont besoin pour survivre. L'inhibition de la cascade de cytokines induite par la bactérie Bartonella est essentielle pour empêcher la prolifération et perturber la nutrition de la bactérie.  

En outre, plus le système immunitaire est affaibli, plus l'infection est grave et plus les symptômes sont importants. Cela s'explique par le fait que la bactérie ne perçoit pas de menace importante de la part de l'organisme et qu'elle a un chemin libre pour se nourrir dans le corps. Par conséquent, il est tout aussi important de renforcer fortement le système immunitaire que de combattre la bactérie elle-même. 

 

Un plan de traitement de la Bartonella correctement sélectionné doit comprendre les éléments suivants : 

    1. Protection endothéliale. 

    2. Protection des globules rouges. 

    3. Perturbation de la cascade de cytokines. 

    4. Protection des organes. 

    5. Renforcement du système immunitaire. 

    6. Activité antimicrobienne. 

 

Consultez maintenant le planificateur sur la page 10.  

Si vous décidez d'utiliser le protocole Buhner, vous avez le choix entre : "Protocole de base de Buhner" ou "Protocole étendu de Buhner". Quel que soit le type de protocole que vous choisissez, vous ne pouvez pas choisir une seule herbe. Vous devez utiliser l'ensemble du set pour obtenir un effet complet.  

Si vos symptômes ne sont pas trop graves, vous pouvez commencer par le "Protocole de base Buhner". Si vos symptômes sont graves, nous vous suggérons d'introduire le "Protocole étendu de Buhner".   

Dans le protocole étendu pour Bartonella, Buhner suggère deux mélanges à base de plantes : 

Le premier mélange contient deux herbes : Ashwagandha et Rhodiola rosea. 

Le deuxième mélange contient trois herbes : Alchornea cordifolia, Houttuynia cordata et Isatis tinctoria. 

Vous pouvez soit mélanger les herbes ci-dessus dans les bonnes proportions et les utiliser selon les directives de Buhner, soit utiliser des mélanges d'herbes prêts à l'emploi sous forme de teintures : 

AR Herbal Mix contient du macérat à base de racine d'Ashwagandha (Lat. Withania somnifera) et de racine de Rhodiola rosea. 

AHI Herbal Mix contient un macérat à base de feuilles d'Alchornea cordifolia, d'herbe Houttuynia cordata et de racine d'Isatis tinctoria. 

Si vous décidez d'utiliser les teintures AR Herbal Mix et AHI Herbal Mix, marquez les herbes incluses dans ces deux teintures dans le planificateur de thérapie, c'est-à-dire Ashwagandha, Rhodiola rosea, Alchornea cordifolia, Houttuynia cordata et Isatis tinctoria. 

N'oubliez pas d'utiliser le tableau de la page 22 du Planificateur pour voir si certaines des herbes se chevauchent avec d'autres que vous avez déjà introduites. Ne pas dupliquer les herbes. Si vous suivez le protocole Buhner pour la maladie de Lyme et souhaitez introduire des plantes pour la Bartonella, notez que la renouée du Japon est incluse dans le protocole pour Borrelia et Bartonella. Vous ne dupliquez pas le dosage de la renouée du Japon. Considérez que le dosage de la renouée du Japon que vous utilisez pour la maladie de Lyme est le même que celui utilisé pour Borrelia et Bartonella. Utilisez le tableau si vous êtes aux prises avec une infection complexe, comparez si les herbes pour la Bartonella se chevauchent avec les herbes pour d'autres co-infections. Comme nous l'avons mentionné précédemment, le tableau vous permettra de planifier efficacement votre thérapie.   

Si vous avez décidé de traiter avec les produits Researched Nutritionals® alors pour la Bartonella, notez (regardez le tableau de la page 23 dans le Planificateur) que les produits pour la Bartonella chevauchent ceux pour la maladie de Lyme. Ne pas dupliquer les préparations. Si vous décidez de mélanger les protocoles et d'utiliser le protocole Buhner pour la maladie de Lyme et le protocole Researched Nutritionals® pour la Bartonella, marquez les produits dans la catégorie "Protocole Researched Nutritionals®" du tableau.  

Dans le planificateur de la page 32, vous trouverez une ventilation détaillée de l'ensemble du protocole Researched Nutritionals®. 

Sur le tableau, vous avez en outre classé les herbes en fonction des symptômes. Vous pouvez compléter la thérapie avec des plantes supplémentaires pour un symptôme particulier. Le principe de sélection est le même que celui décrit ci-dessus pour la maladie de Lyme. Notez simplement que certaines des herbes utilisées pour traiter les symptômes de la Bartonella se recoupent avec celles utilisées pour traiter les symptômes de la maladie de Lyme. Étudiez les ensembles d'herbes sur les cartes et si vous vous décidez pour quelque chose, marquez-le sur la carte. 

 

 

 

 

 

 

 

CHLAMYDIA - herbes et suppléments - page 12 du Planificateur     

 

La chlamydia est une bactérie Gram négatif, mais avec une paroi cellulaire beaucoup plus rigide que celle que l'on trouve habituellement chez les bactéries Gram négatif. 

Chlamydia pneumoniae s'attaque souvent au système respiratoire, provoquant des pneumonies (souvent appelées pneumonies atypiques), des bronchites, des laryngites, des pharyngites, des rhinites, des sinusites et provoquant également des symptômes d'asthme. 

Cependant, Chlamydia pneumoniae est très importante dans le diagnostic différentiel de la maladie de Lyme car elle peut provoquer des troubles du système nerveux, une myocardite et une arthrite réactive. Les manifestations extrapulmonaires de l'infection causée par la Chlamydia pneumoniae peuvent être latentes pendant une très longue période et sont souvent difficiles à reconnaître. 

L'arthrite réactive causée par une infection à Chlamydia pneumoniae est souvent difficile à distinguer de l'arthrite au cours de la maladie de Lyme. En cas d'infection à Chlamydia pneumoniae, il faut également prêter attention au syndrome de Guillain-Barré. Le syndrome de Guillain-Barré est une maladie auto-immune provoquant une inflammation démyélinisante aiguë, à racines multiples, dans laquelle le système immunitaire attaque des parties du système nerveux périphérique, entraînant une faiblesse musculaire et des sensations de fourmillement dans diverses parties du corps. 

En outre, Chlamydia pneumoniae peut provoquer d'autres symptômes tels que fatigue chronique, sensations de brûlure dans différentes parties du corps, paralysie, accidents vasculaires cérébraux, problèmes de pression artérielle, maux de tête, démence, brouillard mental, troubles mentaux, douleurs testiculaires, entre autres choses. 

 

Informations importantes sur le mécanisme d'action de Chlamydia à prendre en considération lors de la planification du traitement : 

Les Chlamydia, comme d'autres agents pathogènes intracellulaires du groupe des infections transmises par les tiques, induisent une cytokine xacade. Les cytokines sont de petites molécules d'information qui facilitent le processus d'infection bactérienne et l'acquisition de nutriments auprès des cellules hôtes. La cascade de cytokines doit donc être inhibée afin de perturber le processus infectieux de Chlamydia.  

La chlamydia intercepte également les réponses et les fonctions du système immunitaire de l'hôte. Comme la bactérie Borrelia, elle a la capacité de faire passer la réponse immunitaire humaine d'une réponse Th1 à une réponse Th2. La réponse immunitaire Th1 vise à combattre les infections intracellulaires, tandis que la réponse Th2 vise à combattre les infections extracellulaires. Le changement de dynamique de Th1 à Th2 empêche le système immunitaire de répondre correctement à une bactérie intracellulaire telle que Chlamydia. En bref, le système immunitaire ne remarque pas la bactérie. La modulation de la production d'interleukine 10 (IL-10) et d'interféron gamma (IFN- γ) joue un rôle important dans la stratégie de Chlamydia, mais nous ne nous étendrons pas sur ces réactions ici. Ce que vous devez savoir, c'est que la chlamydia peut remodeler radicalement le système immunitaire, mais que le rétablissement d'une fonction immunitaire normale est possible. Les plantes sont très efficaces pour moduler la fonction immunitaire. Ils sont excellents pour réduire les niveaux de cytokines qui causent des dommages inflammatoires dans le corps, tout en augmentant l'expression des cytokines de soutien immunitaire qui ont été inhibées par les bactéries. Notez que nous parlons de plantes qui modulent la fonction du système immunitaire et non de stimulants. De nombreuses personnes craignent de surstimuler la réponse immunitaire par le biais des plantes et de surstimuler l'immunité. Dans les Protocoles relatifs aux infections transmises par les tiques, Buhner et d'autres auteurs utilisent des plantes immunomodulatrices et non immunostimulantes.  

 

Le plan de traitement pour la chlamydia doit comprendre : 

1. Activité antimicrobienne. 

2. Perturbation de la cascade de cytokines. 

3. Régulation de l'immunité.  

4. Protection des cellules et des organes touchés. 

5. Effet anti-symptomatique. 

 

Consultez maintenant le Planificateur sur la page 12. 

Si vous décidez d'utiliser le Protocole de Buhner, choisissez les herbes du "Protocole de Buhner". N'oubliez pas que vous ne pouvez pas choisir une seule herbe. Vous devez utiliser l'ensemble du kit pour obtenir un effet optimal.  

Dans son protocole pour Chlamydia, Buhner suggère un mélange d'herbes : Ashwagandha, Cordyceps et Réglisse. Vous pouvez soit mélanger les 3 teintures simples dans les bonnes proportions et utiliser les herbes selon les directives de Buhner, soit utiliser la teinture prête à l'emploi ACL Herbal Mix qui est une combinaison de ces trois herbes. Si vous décidez d'utiliser la teinture ACL Herbal Mix, marquez les herbes incluses dans la teinture dans le planificateur, c'est-à-dire Ashwagandha, Cordyceps et Réglisse. 

N'oubliez pas d'utiliser le tableau de la page 22 du Planificateur pour voir si certaines de ces herbes se recoupent avec d'autres que vous avez déjà introduites. Ne pas dupliquer les herbes. Si vous suivez le Protocole Buhner pour la maladie de Lyme et que vous souhaitez introduire des plantes pour la Chlamydia, notez que la scutellaire du Baïkal et Salvia miltiorrhiza sont incluses dans le Protocole pour la Chlamydia et la Borrelia. Vous ne dupliquez pas le dosage de ces herbes. Considérez que le dosage que vous utilisez pour la maladie de Lyme est le même que pour Borrelia et Chlamydia. Utilisez le tableau si vous êtes aux prises avec une infection complexe, comparez si les herbes pour la chlamydia se chevauchent avec les herbes pour d'autres co-infections. Comme nous l'avons mentionné précédemment, le tableau vous permettra de planifier efficacement votre thérapie.   

Si vous avez décidé d'utiliser des produits Researched Nutritionals®, alors pour la chlamydia, n'introduisez que des produits qui ne se chevauchent pas avec les produits pour la maladie de Lyme, dans ce cas vous ne devez ajouter que AO Defense et Messenger N°1 (consultez le tableau de la page 23 dans le Planificateur). Ne pas dupliquer les préparations. Dans l'onglet de la catégorie "Protocole Researched Nutritionals®", ne cochez que ce que vous avez décidé d'ajouter à votre thérapie. 

Dans le Planificateur, à la page 32, vous trouverez une description détaillée de l'ensemble du protocole Researched Nutritionals®. 

Si vous décidez de mélanger les protocoles et d'utiliser le protocole Buhner pour la maladie de Lyme et le protocole de Researched Nutritionals® pour la chlamydia, cochez tous les produits de la catégorie "Protocole de Researched Nutritionals®" dans le tableau.  

Sur la carte, vous avez en outre classé les herbes en fonction des symptômes. Vous pouvez compléter la thérapie avec des plantes supplémentaires pour un symptôme particulier. Le principe de sélection est le même que celui décrit ci-dessus pour la maladie de Lyme. Notez simplement que certaines des herbes pour les symptômes de la chlamydia se chevauchent avec celles pour les symptômes de la maladie de Lyme. Étudiez les ensembles d'herbes sur les cartes et si vous vous décidez pour quelque chose, marquez-le sur la carte.  

 

EHRLICHIA/ANAPLASMA - herbes et compléments alimentaires - pages 13-14 du Planificateur 

 

L’ehrlichiose  est une bactérie intracellulaire Gramm-négatif qui s'attaque généralement aux globules blancs - les leucocytes. Les maladies qu'ils provoquent portent le nom du type de leucocytes qu'ils attaquent. Il s'agit de l'ehrlichiose granulocytaire humaine et de l'ehrlichiose monocytaire humaine. 

Anaplasma est un micro-organisme pathogène intracellulaire qui attaque les globules blancs, principalement les granulocytes polynucléaires (neutrophiles, neutrophiles). 

Les symptômes les plus courants de l'infection causée par Ehrlichia : symptômes pseudo-membraneux, c'est-à-dire fièvre supérieure à 38°C, céphalées, douleurs musculaires et articulaires, inflammation des voies respiratoires supérieures, toux, mais aussi douleurs musculaires et articulaires, malaise, thrombocytopénie, leucopénie, hyponatrémie - carence en sodium, nausées et vomissements, souffle cardiaque systolique, hypertrophie du foie et/ou de la rate, lymphadénopathie, ainsi que légères lésions cutanées - éruptions maculopapuleuses. 

Anaplasma provoque des symptômes similaires à Ehrlichia. En outre, il peut également provoquer des symptômes gastro-intestinaux, tels que la diarrhée. 

Le protocole à base de plantes pour ces deux infections est le même et pour cette raison, ils ont été inclus ensemble. 

Il existe des changements caractéristiques de morphologie au cours des infections à Ehrlichia et à Anaplasma. Au fur et à mesure que la maladie progresse, le niveau de globules blancs (leucopénie) diminue, le niveau de thrombocytes (thrombocytopénie) diminue et les indicateurs de la fonction hépatique tels que l'AST et l'ALT augmentent. 

 

Informations importantes sur le mécanisme d'action d'Ehrlichia à prendre en compte lors de la planification du traitement : 

L'organisme infecté par la bactérie d'Ehrlich s'attaque aux leucocytes multinucléés du sang, c'est pourquoi les neutrophiles (également appelés neutrophiles ou neutrocytes) constituent son principal site de résidence. La bactérie entre dans la bactérie, forme une vacuole à l'intérieur de laquelle elle puise les nutriments vitaux des cellules hôtes. L'infection touche non seulement les leucocytes du sang circulant mais aussi la moelle osseuse, dans laquelle certains patients peuvent développer des lésions granulomateuses. La capacité du virus d'Ehrlich à survivre à l'intérieur des cellules de l'hôte est due à sa capacité à altérer le fonctionnement normal des neutrophiles, c'est-à-dire chacune des étapes du processus de phagocytose et de destruction des micro-organismes. Les neutrophiles constituent le groupe le plus nombreux de leucocytes. Les leucocytes, quant à eux, sont des cellules du système immunitaire. Vous pouvez également voir comment les Ehrlich's utilisent notre propre système immunitaire pour trouver un refuge contre les attaques du système immunitaire ; non seulement ils se cachent dans les cellules immunitaires, mais ils altèrent également leur fonction. En outre, Ehrlicha inhibe la production d'interleukine-2 dans la rate, contribue à l'augmentation de la production d'interleukine-4 et à la diminution de la production d'interféron gamma.  

Ehrlichia a un effet négatif sur le fonctionnement d'organes tels que la rate, le foie, la moelle osseuse ou le système lymphatique.  

Il ne faut pas non plus oublier l'effet d'Ehrlichia sur l'induction de la cascade de cytokines. Les cytokines sont de petites molécules d'information qui facilitent le processus d'infection bactérienne et l'acquisition de nutriments auprès des cellules hôtes. La cascade de cytokines doit donc être inhibée afin de perturber le processus infectieux de l'Ehrlichia. 

 

Le plan de traitement doit comprendre : 

   Activité antimicrobienne. 

    Interférence avec la cascade de cytokines. 

    Régulation de l'immunité.  

    Protection des cellules et des organes attaqués par la bactérie. 

    Effet anti-symptomatique. 

 

Consultez maintenant le Planificateur sur la page 13. 

Si vous décidez d'utiliser le Protocole de Buhner, choisissez les herbes du "Protocole de Buhner". N'oubliez pas que vous ne pouvez pas choisir une seule herbe. Vous devez utiliser l'ensemble du kit pour obtenir un effet optimal.  

Buhner dans son Protokol pour Ehrlichia / Anaplasma utilise jusqu'à trois mélanges à base de plantes : 

Le premier mélange contient deux herbes : Houttuynia cordata et Salvia miltiorrhiza. 

Le deuxième mélange contient trois herbes : scutellaire chinoise, Kudzu et Cordyceps. 

Le troisième mélange contient trois herbes : l'angélique, la réglisse et l'astragale. 

Vous pouvez soit mélanger les herbes ci-dessus dans les bonnes proportions et les utiliser selon les directives de Buhner, soit utiliser des mélanges d'herbes prêts à l'emploi sous forme de teintures : 

HS Herbal Mix contient un macérat composé d'herbe Houttuynia cordata et de racine de Salvia miltiorrhiza (sauge rouge). 

CKC Herbal Mix contient un macérat de racine de scutellaire chinoise (Scutellaria baicalensis), de racine de Kudzu (Lat. Pueraria Lobata) et de Cordyceps (Lat. Cordyceps sinensis). 

ALA Herbal Mix contient un macérat de racine d'Angelica sinensis, de racine de réglisse (Lat. Glycyrrhizae glabra) et de racine d'astragale (Astragalus membranceus). 

Si vous décidez d'utiliser les teintures HS Herbal Mix, CKC Herbal Mix et AHI Herbal Mix, dans le planificateur de thérapie, sélectionnez les herbes incluses dans ces trois teintures : Houttuynia cordata, Salvia miltiorrhiza, Scutellaire chinoise, Kudzu, Cordyceps, Angelica sinensis, Réglisse et Astragale. 

N'oubliez pas d'utiliser le tableau de la page 22 du Planificateur pour voir si certaines de ces herbes se recoupent avec d'autres que vous avez déjà introduites. Ne pas dupliquer les herbes. Si vous suivez le protocole Buhner pour la maladie de Lyme et que vous souhaitez introduire des plantes pour l'Ehrlichia, notez que la scutellaire de Baïkal et Salvia miltiorrhiza sont incluses dans le protocole pour l'Ehrlichia et la Borrelia. Vous ne dupliquez pas le dosage de ces herbes. Considérez que le dosage que vous utilisez pour la maladie de Lyme est commun pour Borrelia et Ehrlichia Utilisez le tableau si vous êtes aux prises avec une infection complexe, comparez si les herbes pour Ehrlichia se chevauchent avec les herbes pour d'autres co-infections. Par exemple, presque toutes les herbes pour Ehlichia se chevauchent avec les herbes pour Rickettsia. Comme nous l'avons mentionné précédemment, le tableau vous permettra de planifier efficacement votre thérapie.   

Si vous avez opté pour une thérapie avec les produits Researched Nutritionals® alors pour Ehrlichia, notez (regardez le tableau de la page 23 dans le Planificateur) que les produits pour Ehrlichia chevauchent ceux pour la maladie de Lyme. Ne pas dupliquer les préparations. Si vous décidez de mélanger les protocoles et d'utiliser le protocole Buhner pour la maladie de Lyme et le protocole Researched Nutritionals® pour Ehrlichia, marquez sur la carte les produits dans la catégorie "protocole de Researched Nutritionals®".  

Sur la carte, vous avez en outre classé les herbes en fonction des symptômes. Vous pouvez compléter la thérapie avec des plantes supplémentaires pour un symptôme particulier. Le principe de sélection est le même que celui décrit ci-dessus pour la maladie de Lyme. Notez simplement que certaines des herbes pour les symptômes de l'Ehrlichia se chevauchent avec celles pour les symptômes de la maladie de Lyme. Analysez les ensembles inclus dans les cartes et si vous vous décidez pour quelque chose, indiquez-le sur la carte.   

 

MYCOPLASMA - herbes et compléments alimentaires - pages 15-16 du Planificateur 

 

Mycoplasma est une très petite bactérie étroitement liée au groupe des bactéries Gram positif, mais au cours de son évolution, elle a considérablement réduit la taille de son génome, s'est débarrassée de sa paroi cellulaire et a ainsi créé une forme unique de micro-organisme. Sa partie la plus externe bordant le milieu extérieur est la membrane cytoplasmique. L'absence de paroi cellulaire permet aux mycoplasmes d'être plus flexibles et donc d'adopter différentes formes.  L'absence de paroi cellulaire la distingue des autres co-infections transmises par les tiques. 

Les mycoplasmes provoquent principalement des infections respiratoires et génito-urinaires. Cependant, on pense de plus en plus qu'il peut provoquer des infections systémiques, occupant tous les organes et étant à l'origine de nombreuses maladies chroniques, dont la polyarthrite rhumatoïde. L'évolution de la maladie peut être très variable, allant de l'asymptomatique à l'infection systémique, en passant par des symptômes localisés (par exemple, des infections respiratoires). Dans un organisme affaibli par une autre infection (par exemple Borrelia ou chlamydiose), une infection à mycoplasme peut produire des symptômes très graves. Les mycoplasmes peuvent alors s'attaquer, entre autres, au système nerveux, aux muscles (y compris le cœur) et aux articulations. Les symptômes d'une infection par cet agent pathogène sont très similaires à ceux de la maladie de Lyme. 

L'infection disséminée peut se manifester comme suit : fatigue qui ne passe pas après le repos, intolérance à l'effort, dysfonctionnement neurologique, troubles mentaux, troubles cognitifs, insomnie, dépression, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires, gonflement des articulations, douleur des ganglions lymphatiques, problèmes respiratoires, transpiration, nausées, douleurs abdominales, fièvre, conjonctivite chronique, lésions cutanées (éruptions, érythème), inflammation du muscle cardiaque, du péricarde, du foie, du pancréas et autres symptômes. 

 

Informations importantes sur le mécanisme d'action de Mycoplasma qui doivent être prises en compte lors de la planification du traitement : 

Les Mycoplasma exercent une action destructrice sur l'organisme hôte en agissant comme suit : 

 imitation des antigènes de l'organisme infecté, provoquant des symptômes auto-immuns, 

 compétition pour les nutriments avec les cellules du corps, 

 perturbation du métabolisme, 

stimulation de la libération d'oxygène réactif et en déclenchant une cascade de réactions oxyde nitrique/peroxynitrite, ce qui entraîne des lésions cellulaires, notamment au niveau des cellules nerveuses, 

 oxydation et destruction des membranes cellulaires, principalement celles des cellules nerveuses et des mitochondries, 

induction de la cascade de cytokines,  

libération de la toxine. 

 

Le plan de traitement doit comprendre : 

    Action antibactérienne. 

    Reconstitution des nutriments qui ont été "épuisés" pendant l'infection. 

    Perturbation de la cascade de cytokines. 

    Régulation de l'immunité.  

    Protection des cellules et des organes attaqués par la bactérie. 

    Actions ayant l’effet anti-symptomatique. 

 

Consultez maintenant le Planificateur sur la page 15. 

Si vous décidez d'utiliser le Protocole de Buhner, choisissez les herbes du "Protocole de Buhner". N'oubliez pas que vous ne pouvez pas choisir une seule herbe. Vous devez utiliser l'ensemble du kit pour obtenir un effet optimal. . 

Dans le Protocole pour les mycoplasmes, Buhner recommande, entre autres, un mélange d'herbes : ginseng sibérien (Eleuthero), Rhodiola rosea et Schisandra chinensis. Vous pouvez soit mélanger les 3 teintures individuelles dans les bonnes proportions et utiliser les herbes selon les directives de Buhner, soit utiliser la teinture prête à l'emploi ERS Herbal Mix, qui est une combinaison de ces trois herbes. Si vous décidez d'utiliser la teinture ERS Herbal Mix, dans le planificateur de thérapie, sélectionnez les herbes incluses dans cette teinture, c'est-à-dire le ginseng de Sibérie, la Rhodiola rosea et la Schisandra chinensis. 

N'oubliez pas d'utiliser le tableau de la page 22 du Planificateur pour voir si certaines de ces herbes se recoupent avec d'autres que vous avez déjà introduites. Ne pas dupliquer les herbes. Si vous suivez le protocole Buhner pour la maladie de Lyme et que vous souhaitez introduire des plantes pour Mycoplasma, notez que la scutellaire de Baïkal est incluse dans le protocole pour Mycoplasma et Borrelia. Vous ne dupliquez pas le dosage de ces herbes. Considérez que le dosage que vous utilisez pour la maladie de Lyme est commun pour Borrelia et Mycoplasma. Utilisez le tableau si vous êtes aux prises avec une infection complexe, comparez si les herbes pour Mycoplasma se chevauchent avec les herbes pour d'autres co-infections. Un grand groupe d'herbes se chevauchent, par exemple, avec les herbes pour Bartonella . Comme nous l'avons déjà mentionné, le tableau vous aidera à planifier efficacement votre thérapie.    

Notez qu'il existe une catégorie supplémentaire "Autre alternative" sur la carte. Une préparation très efficace contre les mycoplasmes est le produit Myco de Raintree. Il s'agit d'une composition synergique de 7 herbes provenant des forêts amazoniennes. Pour de nombreuses personnes, il est très efficace. Il est nécessaire de l'associer à un probiotique. Pour augmenter l'effet, ajoutez de l'extrait de feuilles d'olivier et complétez les carences causées par les mycoplasmes.  

Si vous avez opté pour une thérapie avec Researched Nutritionals®, en cas de Mycoplasma, n'ajoutez que des produits qui ne se chevauchent pas avec les produits pour la maladie de Lyme, dans ce cas seulement les produits AO Defense et Messenger N°1 (regardez le tableau de la page 23 dans le Planificateur). On ne doit pas dupliquer les préparations. Dans l'onglet de la catégorie "Protocole de Researched Nutritionals®", cochez uniquement ce que vous avez décidé d'ajouter à la thérapie. 

Si vous décidez de mélanger les protocoles et d'utiliser le protocole Buhner pour la maladie de Lyme et le protocole de Researched Nutritionals® pour les mycoplasmes, cochez sur la carte tous les produits de la catégorie "protocole de Researched Nutritionals®".  

Sur la carte, vous avez en outre classé les herbes en fonction de vos symptômes. Vous pouvez compléter la thérapie avec des plantes supplémentaires pour un symptôme particulier. Le principe de sélection est le même que celui décrit ci-dessus pour la maladie de Lyme. Notez simplement que certaines des herbes pour les symptômes de Mycoplasma se chevauchent avec celles pour les symptômes de la maladie de Lyme. Étudiez les ensembles d'herbes sur les cartes et si vous vous décidez pour quelque chose, marquez-le sur la carte.   

 

RICKETTSIA - herbes et compléments - page 17 dans le Planificateur 

 

La Rickettsia est une bactérie à Gram négatif. En raison de certaines caractéristiques inhabituelles, les rickettsies ont longtemps été considérées comme des virus, ou même comme une forme de vie intermédiaire, entre les virus et les bactéries.  

Les symptômes causés par les rickettsies peuvent être extrêmement variés - des symptômes ressemblant à une grippe légère avec une température légèrement élevée, à une température considérablement élevée, en passant par un choc septique. Des variétés de la bactérie Rickettsiae sont à l'origine du groupe de la fièvre tachetée. Toutes les variétés de rickettsies du groupe de la fièvre boutonneuse ne provoquent pas d'éruption cutanée. Dans certains cas, elle peut être légère, voire imperceptible. L'éruption peut se produire sur la plante des pieds et sur les parties intérieures des mains. De nombreuses rickettsies forment une lésion cutanée appelée croûte - une plaie nécrotique couverte de croûtes et en voie de cicatrisation, formée à l'endroit de la morsure d'une tique. C'est l'un des premiers symptômes qui peuvent suggérer une infection par Rickettsia. Ils présentent également souvent des symptômes non spécifiques tels que des maux de tête ou un malaise général, et dans certains cas des nausées et des vomissements. 

La Rickettsia provoque également une stagnation du système circulatoire et contribue à l'épaississement du sang en provoquant une inflammation des vaisseaux sanguins et en provoquant une peau tachetée et marbrée. L'infection par cette bactérie peut également provoquer des yeux rouges.  Les Rickettsies peuvent contribuer à des douleurs musculo-squelettiques ; des engourdissements, des picotements, des douleurs et des brûlures musculaires peuvent survenir. Un gonflement peut également être un symptôme de l'infection. 

 

Informations importantes sur le mécanisme d'action de Rickettsia, qui doivent être prises en compte lors de la planification du traitement : 

La Rickettsia est une bactérie intracellulaire qui s'attaque aux cellules endothéliales des vaisseaux sanguins. L'infection bactérienne des cellules endothéliales vasculaires déclenche une cytokine très spécifique, la xacade, qui provoque une inflammation du système vasculaire. Les organes infectés sont alors endommagés et la perméabilité vasculaire augmente avec pour conséquence un œdème, une hypotension et une hypoalbuminémie. Cela entraîne une atteinte à l'intégrité vasculaire et une perte de la fonction de barrière qui peuvent provoquer une coagulation intravasculaire disséminée. Cependant, la coagulation intravasculaire disséminée est observée très rarement.  

La Rickettsia module le système immunitaire, mais par rapport aux autres infections transmises par les tiques, elle le fait de manière beaucoup plus subtile.  La bactérie affecte de manière significative la MAP kinase p38 et la production d'IL-17 et l'expression d'IFN-β. 

 

Le plan de traitement doit comprendre : 

Protection des cellules endothéliales et de leurs jonctions. 

Modulation de la cascade de cytokines. 

Utilisation d'adaptogènes du système immunitaire. 

Inhibition de la MAP kinase p38 et de l'IL-17 

Augmentation de l'expression de l'IFN-β. 

Augmentation du niveau de glutathion dans le corps. 

 

Consultez maintenant le Planificateur sur la page 17. 

Si vous décidez d'utiliser le Protocole de Buhner, choisissez les herbes du "Protocole de Buhner". N'oubliez pas que vous ne pouvez pas choisir une seule herbe. Vous devez utiliser l'ensemble du kit pour obtenir un effet optimal. 

N'oubliez pas d'utiliser le tableau de la page 22 du Planificateur pour voir si certaines de ces herbes se recoupent avec d'autres que vous avez déjà introduites. Ne pas dupliquer les herbes. Si vous suivez le protocole Buhner pour la maladie de Lyme et que vous souhaitez introduire des plantes pour les Rickettsia, notez que la scutellaire chinoise et Salvia miltiorrhiza sont toutes deux incluses dans le protocole pour les Rickettsia et Borrelia. Vous ne dupliquez pas le dosage de ces herbes. Considérez que le dosage que vous utilisez pour la maladie de Lyme est commun à Borrelia et Rickettsia. Utilisez le tableau si vous êtes aux prises avec une infection complexe, comparez si les herbes pour Rickettsia se chevauchent avec les herbes pour d'autres co-infections. Par exemple, presque toutes les herbes pour Rickettsia se chevauchent avec les herbes pour Ehlichia. Comme nous l'avons mentionné précédemment, le tableau vous permettra de planifier efficacement votre thérapie.  

Si vous avez choisi d'être traité avec des produits Researched Nutritionals® alors pour la rickettsie, notez (regardez le tableau de la page 23 q Planificateur) que les produits pour la rickettsie se chevauchent avec ceux pour la maladie de Lyme. Ne pas dupliquer les préparations. Si vous décidez de mélanger les protocoles et d'utiliser le protocole Buhner pour la maladie de Lyme et le protocole Researched Nutritionals® pour les rickettsies, marquez sur la carte les produits dans la catégorie "protocole Researched Nutritionals®".  

Sur la carte, vous avez en outre classé les herbes en fonction des symptômes. Vous pouvez compléter la thérapie avec des plantes supplémentaires pour un symptôme particulier. Le principe de sélection est le même que celui décrit ci-dessus pour la maladie de Lyme. Notez simplement que certaines des herbes pour les symptômes de la rickettsiose se chevauchent avec celles pour les symptômes de Lyme. Étudiez les ensembles d'herbes sur les cartes et si vous vous décidez pour quelque chose, marquez-le sur la carte. 

 

YERSINIA - herbes et compléments alimentaires - page 18 dans le Planificateur 

 

Yersinia est une bactérie à Gram négatif qui vit dans le tube digestif et . La bactérie attaque les intestins et provoque des diarrhées, des vomissements, des douleurs abdominales et de la fièvre. La Yersinia peut provoquer une douleur du côté droit de l'abdomen, qui peut être confondue avec une appendicite. L'infection chronique par Yersinia contribue aux douleurs articulaires. 

Consultez maintenant le Planificateur sur la page 18. 

Si vous décidez d'utiliser le Protocole de Buhner, choisissez les herbes du "Protocole de Buhner". N'oubliez pas que vous ne pouvez pas choisir une seule herbe. Vous devez utiliser l'ensemble du kit pour obtenir un effet optimal. 

N'oubliez pas d'utiliser le tableau de la page 22 du Planificateur pour voir si certaines de ces herbes se recoupent avec d'autres que vous avez déjà introduites. Ne pas dupliquer les herbes. Les herbes de Yersin ne se chevauchent pas avec les herbes pour la maladie de Lyme. Si vous choisissez des herbes du protocole Buhner, cochez sur la carte des herbes de Yersin tous les produits de la catégorie "protocole Buhner".  

Si vous avez choisi d'être traité avec des produits Researched Nutritionals®, alors pour la Yersinia, notez (regardez le tableau de la page 23 du Planificateur) que les produits pour le Yersin chevauchent ceux pour la maladie de Lyme et que vous devez seulement inclure les produits CoreBiotic dans le protocole. Ne pas dupliquer les préparations. Si vous décidez de mélanger les protocoles et d'utiliser le protocole Buhner pour la maladie de Lyme et le protocole Researched Nutritionals® pour la Yersin, marquez les produits dans la catégorie "Protocole Researched Nutritionals®" du tableau.  

 

 

 

 

CHAPITRE II - RECOMMANDATIONS SUPPLÉMENTAIRES 

 

Outre l'utilisation de protocoles à base de plantes visant à agir comme un antimicrobien, à renforcer l'immunité, à réduire l'inflammation et à protéger les tissus et les organes, nous vous recommandons d'introduire une mesure supplémentaire pour améliorer votre santé de manière intégrale. 

N'oubliez pas de : 

Améliorer la santé intestinale pour renforcer l'immunité. 

Détoxifier votre organisme. 

Suivre un régime. 

Augmenter l'activité physique. 

Réduire le niveau de stress et avoir une bonne nuit de sommeil.  

 

Si vous adoptez une approche holistique pendant la thérapie, vous constaterez les effets plus rapidement et ils seront également durables. La maladie de Lyme et les infections qui l'accompagnent ont provoqué des perturbations dans votre organisme à de nombreux niveaux. Vous devez donner à votre corps le temps et les chances de combattre l'infection, mais aussi de se régénérer et de récupérer.  

 

Comment prendre soin de vos intestins ? 

L'intestin joue non seulement un rôle essentiel dans l'apport à l'organisme des nutriments provenant des aliments, mais il est également la clé d'un système immunitaire sain. L'intestin est peuplé par le microbiote, ou micro-organismes bénéfiques (principalement des bactéries). Le microbiote intestinal active le système immunitaire et coordonne son action tout au long de la vie, tandis qu'un réseau dense de cellules nerveuses transmet les signaux relatifs à toute menace à un endroit central, le cerveau. Près de 80 % des corps immunitaires sont formés dans l'intestin.  

De nombreuses personnes atteintes de la maladie de Lyme se plaignent de divers troubles intestinaux, par exemple de diarrhée, de constipation chronique, de changement de la consistance des selles (molles, liquides ou avec du mucus ou du sang), de brûlures d'estomac, de nausées, de douleurs abdominales, de flatulences, de gaz, d'une sensation de débordement de l'abdomen. Il convient également de noter si ces problèmes existaient bien avant l'infection.  Certaines personnes ont déjà des problèmes gastro-intestinaux depuis leur enfance. Dans ce cas, le dysfonctionnement gastro-intestinal a commencé bien avant la maladie de Lyme. D'autres bénéficient d'un système digestif qui fonctionne bien toute leur vie jusqu'à ce qu'ils développent la maladie. Notez donc que la maladie de Lyme est à la fois le résultat et la cause d'une déficience immunitaire.  

 

 

 

Pour améliorer la fonction intestinale, nous recommandons d'inclure dans la thérapie : 

Probiotiques 

L-glutamine 

Butyrate de sodium 

Acides oméga (DHA et EPA) 

Enzymes digestives 

Huile de bourrache comme source d'acide gamma-linolénique 

 

PROBIOTIQUES 

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui, lorsqu'ils sont pris aux bonnes doses, sont bénéfiques pour la santé. Les bactéries probiotiques sont en concurrence avec les agents pathogènes pour se faire une place dans l'intestin, ce qui permet de maintenir la composition normale de l'ensemble du microbiote. Cela favorise le maintien d'un niveau normal d'immunité des muqueuses et, par conséquent, soutient l'immunité globale de l'organisme. 

L'un des meilleurs probiotiques disponibles sur le marché qui a attiré notre attention est celui de la gamme Lactiniane de PiLeJe. Le laboratoire PiLeJe a réalisé de nombreux tests sur une période de 20 ans, sur la base desquels des souches ont été sélectionnées (ces souches sont déposées dans la Collection Nationale de Cultures Microbiennes de l'Institut Pasteur de Lille, France) en fonction de caractéristiques et de besoins spécifiques. 

Pour la restauration globale du microbiote intestinal, il est important que le probiotique contienne des bactéries des groupes Bifidobacterium et Lactibacillus. Le probiotique Lactibiane Specimen contient les souches susmentionnées et aide à réguler les troubles intestinaux et à renforcer la flore intestinale du tube digestif. 

En cas de maladie inflammatoire de l'intestin, il est utile d'introduire le probiotique plus puissant Lactibiane IKI pendant 3 mois.  

Si vous avez identifié des problèmes de candidose, pensez à introduire une souche de Lactobacillus helveticus.  Il a été prouvé que les souches de Lactobacillus helveticus inhibent la prolifération des levures Candida et leur adhésion à l'épithélium intestinal, elles réduisent également la sécrétion de mucus par les cellules de Candida, les rendant moins résistantes. Les bactéries probiotiques ont en outre un effet bénéfique sur le système immunitaire, en soutenant les mécanismes de défense. Le probiotique contenant la souche Lactobacillus helveticus est Lactibiane CND10 

Si votre problème est une diarrhée ou des selles molles, pensez à prendre un probiotique contenant une souche de Saccharomyces boulardii. Saccharomyces boulardii est une levure bénéfique, et non une bactérie comme les autres probiotiques.  

 

 

 

L-GLUTAMINE 

La L-glutamine est un acide aminé qui constitue une source d'énergie fournie à la muqueuse de l'intestin grêle. Lorsque les cellules de la muqueuse sont endommagées, la glutamine peut aider à la reconstruire avec de nouvelles cellules saines. Il possède également des propriétés de renforcement du système immunitaire.  

ATTENTION : La L-glutamine ne doit pas être utilisée par les personnes souffrant de maladies inflammatoires de l'intestin telles que la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn, ou par les personnes dont la fonction hépatique est réduite. 

Commencez par 1000 mg deux fois par jour avant les repas. Vous pouvez augmenter progressivement la dose. La dose quotidienne recommandée est de 5 à 15 g. Vous ne devez prendre une dose de 15 g de glutamine que sous contrôle médical.    

 

BUTYRATE DE SODIUM 

Le butyrate de sodium est un acide gras à chaîne courte. Les acides gras à chaîne courte sont les principales substances qui nourrissent l'épithélium intestinal. Ils contribuent à maintenir la barrière intestinale et à réduire les processus inflammatoires dans les intestins et dans tout l'organisme. Il inhibe fortement la sécrétion d'interleukines pro-inflammatoires et participe à l'immunorégulation. 

Cependant, la dose recommandée est d'une capsule deux fois par jour. 

 

ACIDES OMEGA  

Les acides OMEGA 3, qui comprennent le DHA et l'EPA, sont essentiels pour préserver la santé. L'EPA est un agent anti-inflammatoire naturel qui contribue également à soulager les douleurs articulaires et musculaires. Des études montrent que la prise d'acides oméga 3 associée à des probiotiques renforce la muqueuse intestinale.    

 

ENZYMES DIGESTIVES 

Les enzymes digestives décomposent les composants alimentaires en molécules plus petites dont ils sont composés : les protéines en acides aminés, les glucides complexes en sucres simples et les graisses en acides gras libres. La bactérie Borrelia réduit la sécrétion d'enzymes digestives. Si vous souffrez de gaz, de ballonnements, d'éructations, de brûlures d'estomac ou de diarrhée, il est bon d'utiliser des préparations contenant des enzymes digestives. 

 

 

 

FIBRE 

Les fibres sont indispensables au microbiote intestinal pour obtenir de l'énergie.  Les acides gras à chaîne courte sont un sous-produit du métabolisme des fibres. Un régime riche en fibres augmente la diversité du microbiote intestinal. Les fibres agissent comme des prébiotiques, c'est-à-dire des substances nécessaires pour stimuler la croissance des bactéries probiotiques dans l'intestin. Les prébiotiques comprennent l'amidon résistant, l'inuline et les fructooligosaccharides. 

Les sources d'amidon résistant sont les lentilles, le riz, le gruau, les haricots, les flocons d'avoine crus, les pommes de terre, les patates douces et les bananes non mûres. 

Les sources d'inuline comprennent la chicorée, le topinambour, les asperges, les artichauts, le poireau, les oignons et l'ail. L'inuline, en plus de ses propriétés prébiotiques, améliore l'absorption du calcium et du magnésium. 

Les sources de fructooligosaccharides comprennent les oignons, l'ail, l'artichaut. 

La quantité recommandée de fibres alimentaires chez les personnes en bonne santé est de 20 à 40 g. 

Si vous ne parvenez pas à intégrer suffisamment de fibres alimentaires dans votre alimentation, vous pouvez vous aider en prenant un supplément d'inuline ou de fructooligosaccharides. 

 

HUILE DE BOURRACHE 

L'huile de bourrache est une source riche en acide gamma-linolénique. Il a un effet protecteur et régénérateur sur les intestins et l'ensemble du système digestif. Il présente des effets anti-inflammatoires.  

 

Quand commencer à renforcer l'intestin ? 

Le régime de régénération intestinale ci-dessus doit être entamé au début du traitement de la maladie de Lyme et suivi pendant toute la durée du traitement. Continuez à maintenir une bonne santé intestinale après la fin du traitement. Essayez de maintenir une alimentation adéquate et riche en fibres. Limitez les aliments transformés et les sucreries. Mangez beaucoup de légumes, de fruits, de gruau et d'huile. Essayez de remplacer le blé par du seigle, du sarrasin, de l'épeautre, des variétés de céréales de prairie, et si vous vous sentez mal à l'aise après le gluten, excluez-le de votre alimentation. Boire des bouillons longuement cuits est également très bénéfique pour les intestins. Prenez un traitement probiotique une fois par an (ou plus souvent si nécessaire). Essayez de consommer des aliments riches en probiotiques naturels aussi souvent que possible, par exemple des légumes marinés, des jus de légumes marinés (par exemple du jus de betterave mariné), du kombucha. Essayez d'apporter à votre organisme des acides gras oméga 3 dans le cadre de votre alimentation, par exemple sous forme d'huiles pressées à froid, comme l'huile de lin ou l'huile de ricin. Si vous n'êtes pas en mesure d'apporter des huiles dans votre alimentation, utilisez des compléments.   

 

DÉSINTOXICATION ET THÉRAPIE PAR CHÉLATION 

Notre organisme est encombré de nombreuses toxines externes et internes. Les toxines proviennent de l'environnement, des aliments que nous mangeons, de l'air que nous respirons, des médicaments que nous prenons. Nous sommes également accablés par les toxines internes produites par l'organisme, qui sont un sous-produit des processus métaboliques. Notre corps est naturellement programmé pour éliminer les toxines. Malheureusement, très souvent, le système de détoxification est surchargé et peut être affaibli. Ainsi, les processus naturels de détoxification commencent à fonctionner moins efficacement. Les personnes atteintes de la maladie de Lyme sont sensibles à ce type de chargement de l'organisme.  

De nombreuses personnes choisissent de suivre une désintoxication ou une thérapie par chélation. Vous pouvez utiliser des modalités plus douces qui favoriseront le processus de désintoxication pendant le traitement ou recourir à une thérapie par chélation intensive. Si vous décidez de suivre une thérapie par chélation, faites d'abord les tests appropriés pour les métaux lourds. La chélation est un long processus. Pour beaucoup de personnes, elle est très efficace, mais peut parfois être difficile à vivre pour certains. Lisez les informations ci-dessous.  

 

Comment favoriser la désintoxication de l'organisme pendant la thérapie de manière douce ? 

Nous recommandons de soutenir le processus de désintoxication pendant la thérapie avec des produits d'origine naturelle. De nombreuses personnes se sentent très bien en utilisant les produits suivants en parallèle avec les herbes pour la maladie de Lyme.  

Nutramedix propose des produits très efficaces à cet égard : 

Burbur de l’entreprise Nutramedix est un extrait fabriqué à partir des feuilles de Desmodium molliculum. Cette herbe est traditionnellement utilisée pour purifier l'organisme. Il est très efficace pour soutenir la détoxification du foie, des reins, du système lymphatique et de la matrice cellulaire. Il protège le foie des toxines externes telles que certains produits chimiques et les moisissures toxiques. Il atténue également la réaction Herx, les effets désordonnés de la mort des agents pathogènes.  

Burbur-Pinella de l’entreprise Nutramedix est une combinaison de deux extraits : Burbur - dérivé de Desmodium molliculum et Pinella - dérivé de Pimpinella anisum. Le Burbur-Pinella favorise la détoxification du cerveau et du système nerveux central, nettoie le corps des toxines et des biotoxines, détoxifie le foie, les reins, le système lymphatique et les espaces intercellulaires, purifie le sang. Ce produit élimine les toxines du cerveau, de la colonne vertébrale et du système nerveux périphérique. Burbur-Pinella est également efficace pour réduire les réactions Herx. 

Parsley Detox de l’entreprise Nutramedix est un extrait de feuilles de persil (latin : Petroselinum crispum). Il nettoie l'organisme des toxines et des biotoxines, détoxifie le foie, les reins, le système lymphatique et les espaces intercellulaires, et purifie le sang. Parsley Detox est également efficace pour réduire les réactions Herx. En outre, il complète les carences en calcium, en fer, en thiamine, en riboflavine, en carotènes, en vitamine A et en vitamine C. 

Sealantro Metal Detox de l’entreprise Nutramedix est un mélange unique d'extraits de trois plantes : chlorelle, algue Chondracanthus chamissoi et feuilles de coriandre. Il aide à détoxifier l'organisme des métaux lourds, de diverses biotoxines et de nombreuses autres substances toxiques. 

Sparga Sulphur Detox l’entreprise Nutramedix est un extrait de racine de l'Asparagus officinalis. Il aide à éliminer de l'organisme les sulfoantibiotiques et autres médicaments à base de sulfamides, qui bloquent les voies des sulfates et la voie de conjugaison des toxines par le glutathion. 

En outre, introduisez : 

Supplémentation en minéraux utilisés dans la réaction de détoxification, à savoir : magnésium, zinc et cuivre.  

Soutien à l'élimination des toxines et à la détoxification du foie : glutathion, extrait de chardon, NAC, phosphatidylcholine 

Le glutathion est une substance clé qui protège les cellules des effets toxiques des radicaux libres formés comme métabolites toxiques au cours du métabolisme intracellulaire naturel et de ceux qui entrent avec les toxines de l'extérieur. Si les niveaux de glutathion dans l'organisme diminuent, la capacité globale de l'organisme à se détoxifier est considérablement réduite.  

La production de glutathion est soutenue par la NAC, c'est pourquoi il est intéressant d'utiliser ces deux produits ensemble.  

Si vous avez la possibilité d'utiliser un sauna infrarouge, ce sera un excellent complément. La transpiration est l'un des moyens les plus naturels d'éliminer les toxines, ce qui en fait un élément essentiel du processus de désintoxication. 

 

CHÉLATATION 

La chélation est pratiquée en cas d'empoisonnement par des métaux lourds. Lorsque nous parlons d'empoisonnement par les métaux lourds, nous entendons par là un empoisonnement chronique et non un empoisonnement aigu, ou plus précisément une charge chronique de l'organisme par de faibles doses de métaux lourds.   

La charge en métaux lourds concerne principalement le mercure, le plomb, l'arsenic, le cadmium, le nickel et l'aluminium. Le mercure, le plomb et le cadmium ne sont pas entièrement métabolisés et ne sont pas entièrement éliminés de l'organisme par le processus digestif, et s'ils s'accumulent, ils peuvent nuire à la santé de diverses manières. Leur impact sur notre santé dépend d'un certain nombre de facteurs : la charge globale en toxines de l'organisme, la capacité de détoxification de l'organisme, l'état du système immunitaire, le régime alimentaire, les maladies chroniques et les états inflammatoires coexistants.    

Le Dr Andrew Cutler décrit le processus exact de chélation et, une fois que vous avez une compréhension détaillée de son protocole, il est facile de le mettre en pratique.   

Le Dr Cutler combine le DMSA et l'acide alpha lipoïque (ALA) dans le processus de chélation.  

Il existe deux substances chélatrices connues et un haut degré de sécurité sanitaire : DMSA et acide alpha lipoïque (ALA).  Ces deux substances ont la capacité de lier les métaux lourds. Le DMSA se lie principalement au mercure, au plomb, au cadmium et à l'arsenic. L'acide alpha-lipoïque fixe principalement le mercure et l'arseni.   

Le DMSA ne pénètre pas la barrière hémato-encéphalique, alors que l'ALA le peut. Par conséquent, selon le Dr Cutler, l'élimination du mercure du cerveau ne peut se faire qu'avec l'ALA, reconnu comme le principal chélateur. Cependant, il est important de commencer le processus de chélation avec le DMSA uniquement pour éliminer le mercure des différents tissus de l'organisme avant de commencer à l'éliminer du cerveau avec l'ALA. N'oubliez pas que l'ALA, en raison de sa propriété de traverser la barrière hémato-encéphalique, peut transporter le mercure dans les deux sens (en fonction du gradient de concentration). Si les niveaux de mercure dans le sang étaient plus élevés que dans le cerveau, le mercure pénétrerait dans le cerveau au lieu d'en être éliminé. Par conséquent, dans un premier temps, il est nécessaire d'abaisser le taux de mercure sanguin avec le DMSA seul avant de commencer l'étape de chélation avec l'ALA.   

Avant de vous décider pour la thérapie par chélation, lisez attentivement la publication du Dr Andrew Cutler. Il est très important de l'effectuer correctement. Nous ne vous donnerons qu'un aperçu du concept de chélation, afin que vous soyez attentif aux aspects importants.   

La chélation se fait par cycles. Par exemple, 3-4 jours de chélation et 4 jours de repos. Pour les personnes dont le corps a des mécanismes plus lents pour éliminer les métaux lourds ou qui sont très épuisées, un cycle de 4 jours de chélation et 10 jours de repos fonctionne mieux. Cutler mentionne également des cycles de chélation plus longs, de 7, 14 ou même 21 jours, mais la procédure avec une administration de chélateur de 4 jours suivie d'une pause de 4 jours est la plus typique.   

Le deuxième aspect important que vous devez garder à l'esprit est le rythme de l'intervalle entre les doses. Et ici, vous devez déjà vous en tenir strictement aux règles. Les préparations ont une demi-vie dans l'organisme et doivent être prises toutes les 3 heures. Les intervalles entre les doses ne peuvent pas être augmentés, car les préparations ont une demi-vie dans le corps et commencent à se décomposer et à libérer les métaux lourds après environ 3 heures. Ce phénomène est évité en administrant des doses successives à des intervalles appropriés et en maintenant ainsi les concentrations plasmatiques et lymphatiques correctes. Si l'on ne respecte pas ce principe, une redistribution du mercure dans les tissus se produira et les symptômes s'aggraveront.  

Un autre principe qui mérite d'être respecté est l'ordre dans lequel les préparations chélatrices sont incluses. Comme nous l'avons mentionné plus haut dans la première étape, il est nécessaire d'abaisser le taux de mercure sanguin avec le DMSA seul avant de commencer l'étape de chélation avec l'ALA. En pratique, utilisez le DMSA seul pendant les 2 à 4 premiers cycles (avec une charge de mercure élevée, même plus longtemps). Pour les cycles suivants, ajoutez de l'ALA et utilisez-les ensemble.   

Une modification peut également être appliquée. Après 4 ou 7 jours (selon le cycle que vous avez choisi) de prise des deux chélateurs, le dernier jour d'un cycle de chélation donné, arrêtez d'abord l'ALA mais prenez 2 ou 3 doses supplémentaires de DMSA. Le DMSA élimine tout mercure résiduel présent dans le sang, libéré par l'ALA dans le cerveau et d'autres tissus. Cela contribuera à réduire les éventuels symptômes accompagnant le début de la pause.   

Les doses de DMSA et d'ALA sont déterminées sur une base individuelle. Lisez le protocole complet pour choisir la dose de chélateurs en conséquence.   

La pause entre les cycles de chélation est très importante et ne doit pas être écourtée. Respectez les règles données.   

Les cycles de chélation doivent être répétés de nombreuses fois, de plusieurs à plusieurs dizaines de fois. Ils doivent être poursuivis pendant au moins trois mois après la disparition des symptômes. Cutler considère que le traitement par chélation est terminé si aucune plainte ne revient 6 mois après sa fin. 

 

Quand vais-je commencer à me sentir mieux ? 

Ne vous attendez pas à une guérison rapide. Faites attention à ce que vous ressentez d'une semaine à l'autre et d'un mois à l'autre. Lorsque vous remarquez que vos symptômes s'atténuent, que vous avez plus de bons jours que de mauvais, cela signifie que vous êtes sur la bonne voie de la guérison.  

Toutefois, vous devez vous rappeler que pour de nombreux patients atteints de la maladie de Lyme, le processus de guérison ressemblera à une onde sinusoïdale. Tout peut aller comme vous le souhaitez, vous vous sentez de mieux en mieux chaque jour, jusqu'à ce que les symptômes reviennent soudainement. Il y aura des moments où vous ressentirez une plus grande poussée d'énergie. D'autres jours, vous aurez du mal à sortir du lit et serez à peine capable de fonctionner. Vous trouverez cela frustrant, décourageant et irritant. Ne vous découragez pas. C'est la nature de cette maladie. Surveillez votre corps. Cela peut être lié à la réponse de votre corps à la réaction Herx. Si l'aggravation des symptômes n'a pas disparu après la prise des remèdes Herx, vérifiez si un autre facteur n'est pas à l'origine de cette aggravation. Il peut s'agir du stress, du manque de sommeil, d'un changement de mode de vie ou d'alimentation (café, sucreries, produits laitiers, gluten, etc.), de l'introduction d'une nouvelle préparation thérapeutique. De telles observations sont importantes. C'est pourquoi vous avez un planificateur, pour enregistrer les changements que vous observez. 

 

La bactérie borrelia peut-elle être complètement éliminée de l'organisme ? 

Malheureusement, il n'existe aucun traitement qui vous garantisse une guérison à 100 % de la maladie de Lyme. La bactérie Borrelia est un "maître du camouflage". Non seulement elle est capable d'imiter diverses maladies, mais elle est également très difficile à diagnostiquer. Il n'existe pas de test de diagnostic parfait qui indique le niveau réel de la bactérie dans l'organisme et qui permette de savoir si toutes les cellules bactériennes ont été éliminées de l'organisme. Les tests sérologiques tels que le Western Bloot ou l'ELISA, que la plupart des patients effectuent, sont des tests de détection des anticorps produits par notre organisme en réponse à une infection. La quantité d'anticorps n'est pas égale à la quantité de bactéries dans le corps. Il ne correspond même pas à la gravité de l'infection. Si votre système immunitaire est très affaibli et a du mal à produire des anticorps, vous pouvez avoir des résultats de test faibles mais des symptômes très avancés et une charge bactérienne très élevée. Il existe des personnes atteintes de la maladie de Lyme chronique, qui présentent toute une série de symptômes et dont les tests sérologiques sont négatifs.  

Il arrive que l'on fasse une pause après une antibiothérapie ou une phytothérapie de longue durée et que les symptômes reviennent. Certains appellent cela le syndrome post-maladie de Lyme, d'autres disent une autre infection, d'autres encore un traitement insuffisant de l'infection. Cela doit-il impliquer pour vous une lutte à vie contre la maladie de Lyme ? Faut-il être condamné à cette maladie toute sa vie ? Il n'y a pas de réponse claire à cette question confirmée par des recherches fiables. Une chose est sûre. Vous pouvez avoir des spirochètes de Lyme dans votre corps qui resteront après le traitement, mais la maladie ne se réactivera pas nécessairement. C'est l'état de votre système immunitaire qui déterminera si vous parviendrez à maîtriser la maladie de Lyme ou si celle-ci reprendra le contrôle de votre vie. Vous devez comprendre que la fin de la thérapie n'est pas la fin du combat. Vous devez avoir la main sur le pouls, car aucun test ne peut vous dire si vous avez déjà éradiqué la bactérie à 100%. Aucune thérapie ne peut garantir qu'au bout d'un an, vous n'aurez plus une seule cellule bactérienne vivante dans votre organisme. Même si vous vous sentez déjà bien et que vos symptômes ont disparu, vous devez continuer à prendre soin de l'état de votre système immunitaire après votre traitement afin que votre qualité de vie soit la meilleure possible. Même si vous avez des cellules bactériennes isolées et dormantes en vous, elles n'oseront pas attaquer à nouveau si vous prenez bien soin de votre corps, et un corps fort "éliminera" de lui-même les bactéries restantes.    

En utilisant des thérapies par les plantes tout au long de votre combat contre la maladie de Lyme, vous ne combattez pas seulement la bactérie, mais vous reconstruisez et régulez également votre système immunitaire. Une fois que vous avez terminé votre thérapie, essayez de la maintenir en bon état. Cela pourrait être la clé de votre réussite. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE III - DE QUOI D'AUTRE DEVRIEZ-VOUS VOUS SOUVENIR? 

 

RÉACTION DE HERX 

 

La réaction de Herxheimer, ou réaction dite de Herx, est une aggravation temporaire des symptômes de la maladie de Lyme qui se produit lors de la disparition massive des organismes bactériens au cours de l'évolution de la maladie ou de son traitement. Au cours de cette réaction, il y a production de cytokines qui provoquent des symptômes d'inflammation, notamment de la fièvre, des douleurs articulaires et musculaires, des maux de tête, des troubles cognitifs ou une détérioration générale.  Tout le monde ne profite pas de l'apparition d'Herx. Toutefois, si vous souffrez d'une réaction d'herpès ou si vous souhaitez la prévenir, vous pouvez utiliser la liste de remèdes suivante. N'oubliez pas de ne pas utiliser tous les produits énumérés en même temps. Essayez la solution qui vous convient le mieux. 

 

Produits naturels recommandés pour la réaction Herx et sa prévention : 

Burbur de l’entreprise Nutramedix est un extrait fabriqué à partir des feuilles de Desmodium molliculum. Cette herbe est traditionnellement utilisée pour purifier le corps. Il est très efficace pour soutenir la détoxification du foie, des reins, du système lymphatique et de la matrice cellulaire. Protège le foie des toxines externes telles que certains produits chimiques et les moisissures toxiques. Atténue la réaction Herx, les effets désordonnés de la mort des pathogènes. Pour la réaction d'Herx, commencez par 10 gouttes dans 30 ml d'eau deux fois par jour. Après l'avoir laissé tomber sur l'eau, attendez 1 minute puis buvez. Vous pouvez ensuite augmenter la dose si nécessaire jusqu'à 10-15 gouttes dans 30 ml toutes les 30 minutes.  

Burbur-Pinella de l'entreprise Nutramedix est une combinaison de deux extraits : Burbur - dérivé de Desmodium molliculum et Pinella dérivé de Pimpinella anisum. La Burbur-Pinella favorise la détoxification du cerveau et du système nerveux central, nettoie le corps des toxines et des biotoxines, détoxifie le foie, les reins, le système lymphatique et les espaces intercellulaires, purifie le sang. Élimine les toxines du cerveau, de la colonne vertébrale et du système nerveux périphérique. Burbur-Pinella est également efficace pour réduire les réactions Herx. 

Zéolite est un minéral naturel d'origine volcanique. Son principal constituant est la clinoptilolite. La zéolite libère des composants précieux dans l'organisme, tout en fixant de nombreuses substances nocives telles que le plomb, le cadmium, l'arsenic, le chrome, le nickel et les ions ammonium. Il est important d'utiliser une zéolite de haute pureté conçue pour un usage interne. Nous recommandons l'achat d'un produit certifié. On peut trouver de la zéolite de haute qualité chez https://www.zeolite-bentonite.com/ 

Pour la réaction Herx, prenez 3 capsules 3 fois par jour ou, si vous avez la poudre, 2 cuillères à café par jour. 

Bentonite a des propriétés qui lui permettent d'attirer et d'absorber les toxines et les métaux lourds sans entrer dans aucune réaction chimique dans le corps. La bentonite crée une "charge électrique" dans son état hydraté. Au contact de l'eau, il prend une charge électrique négative. Les toxines, bactéries, virus, parasites et autres impuretés ont une charge positive. Lorsque l'argile pénètre dans le corps, les toxines sont attirées par elle. Il est important de noter que la bentonite n'est pas absorbée par l'organisme, ce qui la rend totalement sûre. Il traverse l'ensemble du système digestif, absorbant les toxines et les métaux lourds. Dans le même temps, les minéraux contenus dans l'argile, tels que le calcium, le magnésium, le silicium, l'aluminium et le potassium, sont libérés et disponibles pour les processus métaboliques de l'organisme. Enfin, il est naturellement excrété. On trouve de la bentonite de haute qualité à usage interne chez https://www.zeolite-bentonite.com/ 

Chlorelle possède des propriétés uniques qui neutralisent les substances toxiques accumulées dans l'organisme à la suite de la pollution environnementale ou de la consommation de produits contaminés. Il nettoie l'organisme des métaux lourds et de certains pesticides. La chlorelle absorbe également les toxines des intestins, aide à se débarrasser de la constipation chronique et neutralise les gaz intestinaux. Prendre 1 cuillère à café 3 fois par jour. 

Charbon actif absorbe efficacement les toxines, ce qui accélère considérablement leur élimination de l'organisme. Lors de l'utilisation du charbon actif, il est important de se rappeler qu'il n'agit pas de manière sélective dans l'organisme, mais qu'il fixe tout sans exception, y compris les substances alimentaires et les médicaments pris. L'association du charbon de bois avec des médicaments solides peut contribuer à l'absorption des substances actives du médicament. N'utilisez pas le charbon actif en combinaison avec des médicaments. En cas de réaction Herx, il est recommandé de prendre 2 gélules 1 à 2 fois par jour. 

Alcalinisation - pendant la réaction Herx, il aide à alcaliniser l'organisme. Au cours de la maladie, l'organisme devient souvent acide. C'est un processus défavorable, car les processus enzymatiques fonctionnent mieux à un pH neutre (environ 7,4). Par conséquent, si l'organisme devient acide, il convient de modifier l'équilibre acide-base et d'équilibrer le pH. Un produit qui a fait ses preuves est l'Alka-Seltzer (3-4 fois par jour, 1 thalet dissous dans de l'eau). On peut aussi prendre de la vitamine C et boire de l'eau citronnée. Boire de l'eau citronnée peut également être considéré comme une prophylaxie. Le jus de citron et de citron vert, bien que de goût acide, est converti en alcalin dans le corps, ce qui augmente temporairement les réserves alcalines.   

Les bains en sel d'Epson sont un excellent support pour nettoyer le corps et rétablir l'équilibre. Ces bains sont connus sous le nom de bains alcalins. Ils ont des propriétés désacidifiantes et détoxifiantes. Les sulfates contenus dans le sel d'Epsom aident à débarrasser l'organisme des toxines et des métaux lourds. 

 

ATTENTION : utilisez toutes les substances à fort pouvoir liant comme la zéolite, la bentonite, la chlorella et le charbon actif séparément des médicaments et des herbes que vous prenez. Maintenir un minimum de Intervalle de 1,5 heure. Nous ne recommandons pas de les utiliser pendant toute la durée du traitement. A utiliser en cas de réaction d'Herx.   

 

 

BIOFILM 

 

Dans des conditions environnementales défavorables, les bactéries Borrelia sont capables de former des agrégats et des colonies sous la forme d'un "biofilm" afin de se protéger contre les antibiotiques ou les systèmes de résistance.  C'est une forme de résistance bactérienne à des conditions environnementales défavorables. 

Les biofilms sont des agrégats de micro-organismes qui servent à protéger ces agents pathogènes des conditions environnementales défavorables.  Les micro-organismes au sein de la structure du biofilm sont immergés dans une substance exopolymérique (EPS) qui maintient la structure du biofilm. Les biofilms sont recouverts d'une couche protectrice, constituée d'un mélange de substances polymères extracellulaires sécrétées par les cellules formées dans le biofilm. Le biofilm adhère aux tissus humains où se produisent des lésions tissulaires et des inflammations.  Au sein du biofilm, les bactéries peuvent communiquer entre elles, se multiplier, transmettre une résistance acquise aux antibiotiques et effectuer des processus vitaux tels que le métabolisme, la synthèse des protéines et la réparation de l'ADN. D'autres espèces de micro-organismes adultes peuvent également être présentes dans le biofilm. Głównym czynnikiem umożliwiającym bakteriom tworzenie biofilmu jest reakcja „quorum sensing”. Le phénomène de quorum sensing est un moyen pour les micro-organismes de communiquer entre eux au moyen de molécules chimiques spéciales appelées autoinducteurs. La libération de ces molécules favorise la formation de biofilms. La capacité de former un biofilm est l'une des principales stratégies utilisées par Borrelia pour les infections chroniques à long terme. 

Il est important de désagréger le biofilm, mais il ne faut pas le désagréger de manière agressive. La dégradation agressive du biofilm peut entraîner la libération rapide de bactéries, de fragments bactériens et de fragments de biofilm dans l'organisme, parfois en grand nombre. Ces fragments peuvent également se déplacer dans le corps et s'enraciner dans une autre partie du corps et provoquer l'apparition de nouveaux problèmes de santé. 

Par conséquent, les biofilms de Borrelia doivent être décomposés lentement, ce qui conduit progressivement à leur élimination. Il existe un certain nombre de plantes et de compléments alimentaires qui permettent de détruire efficacement mais en douceur le biofilm formé par les spirochètes de Lyme et d'inhiber la détection du quorum.  Cela évitera le risque que des fragments de biofilm soient libérés trop rapidement dans l'organisme. 

En particulier au début du traitement, lorsque la charge bactérienne est très élevée, nous recommandons d'utiliser des méthodes plus douces pour briser le biofilm. Après un certain temps, lorsque la charge bactérienne a diminué, il est utile d'introduire des enzymes pour faciliter la digestion et la décomposition du biofilm.  

 

 

 

 

Parmi les plantes les plus efficaces pour une dégradation progressive et sûre du biofilm, on peut citer : 

Andrographis paniculata 

Renouée à feuilles pointues (lat. Polygenum cuspidatum) 

Rhodila spp., 

Scutellaire du Baïkal (lat. Scutellaria baicalensis) 

Apigenine 

N-acétylcystéine (NAC)  

 

Comme vous pouvez le voir, il y a des herbes du protocole Buhner. L'ajout de N-acétylcystéine (NAC) au protocole facilitera l'élimination du biofilm, mais renforcera également la gluathion synthase.  

Vous pouvez également inclure de l'huile de noix de coco dans votre alimentation. Il contient un composé appelé monolaurine. La monolaurine s'oppose à la formation de biofilms. Vous pouvez essayer d'ajouter une cuillère à soupe d'huile deux fois par jour à votre alimentation.  

Un effet plus intensif sur le biofilm sera recommandé lorsque la charge bactérienne est réduite. Certes, les avis sont partagés sur ce sujet. Certains recommandent d'utiliser les enzymes protéolytiques beaucoup plus tôt.  

 

Les enzymes qui aident à digérer et à décomposer le biofilm (ne pas les utiliser toutes en même temps, on peut en choisir une) : 

Serrapeptase - une dose moyenne de 40-60 mille FU par jour, 30 min avant les repas 

Nattikinase - une dose moyenne de 20 000 FU deux fois par jour, 30 min avant un repas. 

Lumbrokinase - 1 capsule deux fois par jour, 30 min avant un repas. 

 

Le Dr Horowiz recommande de combiner l'enzyme protéolytique avec de la stévia et de la monolaurine.  

 

 

 

 

 

 

 

MITOCHONDRIA 

 

Lyme disease can contribute to mitochondrial dysfunction. Mitochondria are the energy centers of the cell. Research shows that Borrelia can reduce the amount of mitochondria and also damage them. As a result, ATP production decreases which in turn reduces the energy. Mitochondrial dysfunction is a very common cause of chronic fatigue. 

You can improve the functioning of mitochondria by taking the supplementation necessary for proper energy metabolism. 

It is recommended to use: 

Coenzyme Q 10 (un composé clé du cycle de Krebs) - Vous pouvez commencer par prendre 100 mg le matin et 100 mg le midi. La prise de Coenzyme Q10 le soir peut perturber le sommeil. Si nécessaire, la dose peut être augmentée. Restez avec une dose qui vous fera ressentir une poussée d'énergie. Certaines personnes prennent même 600 mg deux fois par jour. La coenzyme Q10 est bien tolérée. Des doses plus élevées peuvent provoquer un léger inconfort gastro-intestinal. 

L-arginine (soutient le fonctionnement des mitochondries en influençant la voie de l'oxyde nitrique) - 1000 mg 3 fois par jour est recommandé. Ne le prenez pas si vous avez une forme active d'herpès. 

Acétyl L-Carnitine (transporte les graisses vers les mitochondries) - 500 mg 3 fois par jour. 

D-ribose (sert de carburant pour la production d'énergie, mais ne doit pas être utilisé par les personnes atteintes du syndrome métabolique et du diabète qui ont des niveaux élevés de glycation) - utiliser 1 cuillère (5 grammes) 2 à 3 fois par jour pendant 3 à 6 semaines. Il est préférable de le combiner avec du vinaigre de cidre de pomme ou du magnésium sous une forme effervescente. 

NADH (nicotinamide adénine dinucléotide) (il fait partie de la chaîne de transport d'électrons qui produit de l'énergie) - 10 - 20 mg 2 fois par jour. 

Vitamine B6 (un cofacteur de nombreuses voies métaboliques productrices d'énergie) - commencez par 100 mg de vitamine B6 le matin au petit-déjeuner. Vous pouvez augmenter la dose à 200 mg par jour (2 x 100 g). Nous vous déconseillons de dépasser cette dose. La vitamine B6 doit être prise à de telles doses pendant un maximum de 90 jours. 

Magnésium (un cofacteur pour la plupart des voies métaboliques productrices d'énergie) - commencez par 100 mg deux fois par jour. La dose peut être augmentée jusqu'à 200-400 mg jusqu'à 3 fois par jour. Utilisez du citrate de magnésium ou du glycinate de magnésium. Trop de magnésium peut provoquer des selles molles ou de la diarrhée. Dans ce cas, réduisez la dose. 

Acide alpha-lipoïque (ALA) (un cofacteur qui agit avec des enzymes pour augmenter la production d'énergie) - 200 à 600 mg par jour, en doses fractionnées. Beaucoup de gens recommandent de prendre de l'acide alpha-lipoïque. L'acide alpha-lipoïque peut aider à redistribuer le mercure. Pour cette raison, vous devez être prudent avec ce produit si vous avez des niveaux élevés de mercure dans votre corps. 

Resveratrol (peut augmenter la production mitochondriale) - vous l'avez déjà sur le protocole Buhner pour la maladie de Lyme. La renouée du Japon est une source de resvératrol. 

Un ensemble de multivitamines et de minéraux de bonne qualité (nécessaires au bon déroulement de nombreuses réactions biochimiques dans le corps) - faites attention à la teneur en vitamine B6 du complexe vitaminique et ajustez la dose supplémentaire de vitamine B6 afin de ne pas dépasser l'apport recommandé indiqué ci-dessus. 

Les acides gras omega-3 

 

Tous ces produits amélioreront la production d'ATP et d'énergie. 

Les produits de la société Researched Nutritionals® sont également des préparations très efficaces. Researched Nutritionals® mène des recherches avancées sur les produits et se concentre principalement sur la reconstruction des mitochondries. Afin de rétablir le bon fonctionnement des mitochondries il est recommandé de prendre les produits suivants : 

ATP Fuel 

ATP 360 0 

NT Factor Energy TM 

Ces produits ont les propriétés suivantes : 

• contiennent une matrice phospholipidique brevetée, qui agit sur le bon fonctionnement des membranes mitochondriales, 

• soutenir le cycle de Krebs et la mitogénèse mitochondriale, 

• contiennent des antioxydants qui protègent les mitochondries contre le stress oxydatif, 

• contiennent des nutriments tels que NADH et CoQ10 qui sont importants pour une chaîne de transport d'électrons saine. 

Pour un meilleur effet, Researched Nutritionals® recommande de prendre les trois produits en même temps. Ils peuvent également être utilisés séparément. 

D'après notre expérience, l'utilisation d'ATP Fuel ou d'ATP 360 0 donne de très bons résultats. 

 

 

 

 

 

CHAPITRE IV - SÉLECTION DES FORMES DE HERBES 

 

Le choix du type de plantes utilisées dans la thérapie est un autre dilemme pour la personne qui commence la thérapie.  

Vous pouvez utiliser les plantes sous les formes suivantes dans le protocole de Buhner : 

- teintures alcoolisées 

- teintures non alcoolisées 

- herbes encapsulées 

- herbes moulues 

- les herbes coupées. 

Examinons chacune de ces formes, étape par étape. 

 

TEINTURES À BASE D’ALCOOL 

 

Les teintures végétales à base d'alcool sont fabriquées en faisant macérer une plante fraîche dans de l'alcool fort ou une plante séchée dans un mélange d'alcool et d'eau.  Dans le cas des teintures de plantes séchées, de l'eau est ajoutée, car les plantes perdent leur humidité naturelle lors du séchage. Lorsque l'on prépare des teintures à partir de plantes séchées, on ajoute autant d'eau que la plante en contiendrait si elle était fraîche. La quantité d'eau est choisie en fonction des tableaux détaillant la teneur en eau de la plante médicinale. Cela permet d'extraire les constituants solubles dans l'eau. Cette information est importante pour les personnes qui fabriquent leurs propres teintures. Nous reviendrons sur les teintures maison plus tard dans ce texte, lorsque nous aborderons les herbes moulues. 

Commençons alors par les avantages des teintures alcoolisées. 

L'alcool est un excellent moyen d'extraire les plantes, et les teintures à base d'alcool sont la forme la plus populaire d'utilisation des plantes par les herboristes professionnels. L'alcool est un excellent solvant pour la plupart des ingrédients végétaux et peut être utilisé pour fabriquer des teintures à partir de plantes fraîches ou séchées. Les préparations alcoolisées ont la plus longue durée de conservation de tous les extraits de plantes, elles peuvent donc être stockées pendant des années, dans la plupart des cas sans perdre de leur puissance.  

La macération des plantes dans l'alcool permet de faire passer plus rapidement les principes actifs des plantes dans le sang, ce qui fait des teintures une forme de prise de plantes à action rapide.  

Le Protocole de Buhner utilise des concentrations de teinture de 1:5, ce qui signifie que 5 volumes d'alcool sont utilisés pour 1 volume de plante. 

La concentration 1:5 est bien tolérée par la plupart des gens. Toutes les doses de teinture indiquées dans le Protocole Buhner correspondent à une concentration de 1:5.  

Si l'on utilise plus de teintures (par exemple lorsqu'on combine le Protocole pour la maladie de Lyme avec le Protocole pour la Bartonella), de nombreuses personnes trouvent que la quantité d'alcool consommée est trop élevée. Nous avons donc introduit une teinture 1:2. 

Les teintures 1:2 sont plus fortes, vous en prenez donc moins et la quantité d'alcool consommée est ainsi considérablement réduite. La dose est 2,5 fois inférieure à celle d'une teinture 1:5. C'est une bonne alternative pour les personnes qui prennent plus de teintures et qui veulent réduire leur consommation d'alcool.  

Si vous suivez le Protocole Buhner et souhaitez utiliser une concentration de teinture différente, il est important de choisir une bonne dose.  

Dans le Planificateur, à la page 22, vous trouverez une description détaillée du dosage des plantes sous forme de teinture 1:5 et 1:2. 

Si vous décidez d'introduire une concentration de 1:2, reportez-vous au tableau.  

La règle générale consiste à réduire chaque dose du protocole de Buhner de 2,5 fois.  

Il est essentiel que vous vous souveniez d'une chose très importante.  

Le dosage fourni par Buhner fonctionne bien pour la plupart des gens et est bien toléré. Cependant, vous devez garder à l'esprit que votre corps peut réagir individuellement et que les dosages spécifiés dans le Protocole peuvent être trop élevés ou trop faibles pour vous. Si vous êtes très sensible aux substances externes, vous devrez peut-être utiliser de très petites doses, voire une à cinq gouttes de la teinture 1:5 à la fois. Dans ce cas, vous trouverez peut-être qu'une concentration de 1:2 est trop forte pour vous. Surveillez votre corps. Si vous vous sentez mal à une concentration de 1:2, revenez à une concentration de 1:5.  

Pour cette raison, la concentration la plus élevée que nous recommandons est de 1:2.  

 

TEINTURES NON ALCOOLISÉES – GLYCÉRATES 

 

Les teintures non alcoolisées sont principalement préparées à base de glycérine. La glycérine est devenue une alternative populaire aux teintures alcoolisées et est idéale pour les enfants et les personnes qui n'aiment pas ou ne peuvent pas consommer d'alcool.   

La glycérine est très sucrée, mais ce n'est pas un sucre. Cela signifie que la glycérine n'affecte pas le taux de sucre dans le sang chez les personnes en bonne santé et ne provoque pas de problèmes de levure.  

Cependant, la glycérine n'est pas aussi efficace pour extraire que l'eau ou l'alcool.  La glycérine n'a qu'environ 60% de la valeur d'extraction de l'alcool. Les glycérates seront donc 40% plus faibles que les teintures alcooliques. Par rapport aux teintures alcoolisées, elles doivent être prises à des doses une fois et demie à deux fois plus élevées. Ainsi, si l'on vous conseille d'utiliser 2,5 ml d'une teinture alcoolisée, utilisez une dose de 5 ml pour une teinture non alcoolisée. Si vous vous rappelez cette règle, vous maintiendrez l'effet désiré 

Dans le Planificateur, à la page 22, vous trouverez un résumé des dosages des teintures 1:5 et 1:1 des principales plantes utilisées dans le protocole Buhner. Les dosages ont été calculés de manière à ce que vous puissiez rapidement les associer à l'application qui vous convient.  

Les teintures 1:1 sont 5 fois plus fortes que les teintures 1:5. La glycérine étant un moyen d'extraction beaucoup plus faible, la concentration 1:1 est bien tolérée par la plupart des gens. Cependant, si vous le trouvez trop fort, revenez à l'utilisation de teintures 1:5. 

 

HERBES ENCAPSULÉES 

 

Les herbes encapsulées sont un autre phoma possible de la prise d'herbes. Buhner fait également référence à cette forme de prise d'herbes dans son protocole.  

Les gélules sont devenues un moyen très populaire de prendre des herbes car elles constituent une forme de dosage facile et pratique. Les herbes séchées et moulues sont placées dans des capsules de cellulose (végétarienne) ou de gélatine afin que les poudres d'herbes puissent être avalées. L'un des principaux avantages des gélules est que nous ne pouvons pas goûter les herbes. Cela les rend particulièrement souhaitables pour les herbes au goût désagréable, amères ou astringentes.  

Lorsque vous prenez une herbe sous la forme d'une herbe moulue encapsulée dans une gélule, n'oubliez pas que vous prenez la totalité de la matière végétale ainsi que les fibres de la plante. L'extraction de la plante a lieu dans votre système digestif avec l'aide d'enzymes digestives. Buhner pense que les acides du système digestif sont les meilleures substances pour extraire les herbes.  

La prise de plantes sous forme de gélules présente un inconvénient. En plus de l'herbe moulue dans la gélule, vous devez également avaler l'enveloppe de la gélule. L'enveloppe de la capsule ne contribue en rien à la thérapie et doit être digérée par l'organisme. Dans le protocole Buhner, un grand nombre de plantes sont prises par capsule. La dose la plus élevée est de 4 capsules 3-4 fois par jour de chaque plante. Chez les personnes dont le système digestif est affaibli, l'utilisation accrue de plantes peut poser problème.  

Dans le planificateur, les pages 24-26 expliquent comment choisir le bon dosage des capsules Lymeherbs. 

 

 

 

 

 

HERBES MOULUES 

 

Une herbe moulue est la forme séchée et moulue d'une herbe. Lorsque vous achetez des herbes prêtes à l'emploi, vous êtes assuré que le degré de broyage est approprié, qu'il n'alourdira pas le système digestif et qu'il sera facilement extrait par les enzymes digestives. Nous ne recommandons pas de moudre les herbes vous-même à la maison en utilisant un moulin. Ayant séché les feuilles, ce broyage à domicile peut encore être accepté. La plupart des plantes séchées sont leurs racines dures ou leurs parties aériennes dures. Vous n'êtes pas en mesure de meuler des pièces aussi dures à la maison jusqu'au bon degré de finesse. Le fait de broyer des herbes dans un broyeur domestique peut laisser des échardes qui peuvent blesser votre système digestif.  

Les herbes moulues peuvent être prises directement, encapsulées ou transformées en teintures. 

Si vous envisagez de prendre les herbes directement, ajoutez la quantité appropriée de chaque herbe dans un verre d'eau tiède, remuez et buvez le liquide avec le sédiment. Vous pouvez ajouter plusieurs herbes à la fois dans un verre et verser de l'eau sur toutes les herbes. De cette façon, comme nous l'avons mentionné précédemment, vous prenez l'ensemble du matériel végétal, y compris les fibres végétales. L'extraction de la plante a lieu dans votre système digestif avec l'aide d'enzymes digestives. Buhner pense que les acides du système digestif sont les meilleures substances pour extraire les herbes.  

L'inconvénient est le goût des herbes. La plupart des herbes sont amères et désagréables au goût. Pour améliorer le goût, vous pouvez ajouter du miel et du jus de citron.  

Vous pouvez également mettre en capsules des herbes moulues en utilisant une machine à capsules.  

Les herbes moulues sont idéales pour préparer des teintures. Les teintures peuvent être préparées à partir d'herbes moulues ou coupées. Les herbes hachées se prêtent bien à l'extraction en raison de leur haut degré de finesse. Si vous préparez une teinture à partir d'herbes coupées, essayez de broyer les herbes en plus petits morceaux avant de verser l'alcool dessus.  

À la maison, la façon la plus simple de préparer cette teinture est un rapport de 1:5, soit 1 part de plante pour 5 parts d'alcool. Dans le cas de teintures faites à partir de plantes séchées, n'utilisez pas d'alcool pur à 96 %.  Vous devez diluer l'alcool avec de l'eau, car les plantes perdent leur humidité naturelle pendant le séchage. Lorsque vous préparez une teinture à partir d'une plante séchée, ajoutez autant d'eau que la plante en contiendrait si elle était fraîche. La quantité d'eau est choisie en fonction des tableaux détaillant la teneur en eau de la plante médicinale. Cela permet d'extraire les constituants solubles dans l'eau. Cette information est importante pour ceux qui fabriquent leurs propres teintures. 

Pour préparer les teintures, on utilise généralement 50 à 70% d'alcool. Si vous n'avez pas un pourcentage élevé d'alcool, vous pouvez utiliser une vodka à 40 %, bien que des concentrations plus élevées soient plus recommandées.  

Pour obtenir une concentration de 50-70%, l'alcool pur doit être dilué avec de l'eau dans les proportions appropriées. Dans son livre "Antibiotiques à base d'herbes", Buhner décrit les recettes exactes des teintures pour chacune des plantes qu'il suggère. Il tient compte des tableaux de la teneur en eau de la plante médicinale concernée. Nous vous suggérons de suivre ses conseils ou de nous demander si vous avez des doutes à ce sujet.  

La préparation de la dilution est simple. Il suffit de mélanger de l'alcool pur à 96 % (spiritueux) avec de l'eau dans les proportions suivantes (conversions pour 500 ml d'alcool nécessaires) : 

Pour préparer de l'alcool à 70 %, ajoutez 135 ml d'eau à 365 ml d'alcool. 

Pour préparer de l'alcool à 65%, il faut ajouter 162 ml d'eau à 338 ml d'alcool. 

Pour préparer de l'alcool à 60 %, ajouter 188 ml d'eau à 312 ml d'alcool. 

Pour préparer de l'alcool à 50 %, ajoutez 250 ml d'alcool à 250 ml d'eau. 

Remarque : la précision comme en laboratoire n'est pas importante. Il s'agit d'obtenir une concentration plus ou moins suggérée. Par exemple, au lieu de 338 ml d'alcool et 162 ml d'eau, vous pouvez utiliser 340 ml d'alcool ajouter 160 ml d'eau. Ne vous inquiétez pas si la mesure n'est pas parfaite. Le macérat sortira de toute façon.  

Les calculs ci-dessus sont donnés pour les 500 ml d'alcool nécessaires. Si vous avez besoin de plus ou moins d'alcool, réduisez proportionnellement les quantités d'alcool et d'eau. Par exemple, si vous avez besoin de 250 ml d'alcool, divisez les calculs ci-dessus par deux.  

L'étape suivante consiste à peser la bonne quantité d'herbe. Si vous préparez une concentration de 1:5, il vous faut 1 part de plante (en grammes) pour 5 parts d'alcool (en ml). Cela signifie que vous avez besoin de 100 g d'herbe pour 500 ml d'alcool. L'herbe séchée doit être moulue avant la macération si vous avez l'herbe entière. Vous pouvez également utiliser des herbes déjà moulues. Plus l'herbe est en poudre, plus la surface de macération est grande. Cela permet à une plus grande partie des principes actifs de la plante d'être libérée dans le macérat. 

Versez une quantité appropriée de l'herbe dans l'alcool préalablement préparé et d'une concentration adéquate. Laissez macérer pendant 2 semaines dans un récipient sombre sans accès à la lumière. Secouez le récipient tous les jours. Après 2 semaines, filtrez le macérat. Conservez le macérat terminé dans une bouteille sombre ou dans une bouteille ordinaire enveloppée dans du papier d'aluminium, dans un endroit sans accès à la lumière. 

 

HERBES COUPÉES 

 

L'herbe coupée est la forme séchée d'une herbe coupée en plus petits morceaux. Vous pouvez préparer des infusions, des décoctions ou des teintures à partir de l'herbe coupée. 

Les teintures sont préparées exactement de la même manière que celle décrite ci-dessus pour les herbes moulues. Pensez simplement à moudre l'herbe dans un moulin avant la macération. Cela permettra à une plus grande partie des principes actifs de la plante d'être libérée dans le macérat.  

Les deux formes les plus courantes d'extraction des herbes par l'eau sont les tisanes et les décoctions. 

Les tisanes sont des infusions plus faibles. Vous préparez les infusions en versant de l'eau froide ou chaude sur les herbes - de l'eau bouillante, mais pas de l'eau bouillante. Vous devez préparer des infusions tous les jours. Lestisanes sont plus faibles. Pour la plupart des plantes utilisées dans la maladie de Lyme, les infusions sont une méthode d'extraction bien trop faible. Ce n'est que dans le cas de l’herbe à souder (Boneset, en latin Eupatorium perfoliatum) que Buhner recommande de la consommer en infusion. 

Une infusion de l’eupatoire perfoliée selon Buhner :  Faites infuser une cuillère à café de l'herbe pendant 15 minutes dans un verre d'eau chaude. Buvez ½ à ¾ de tasse de thé chaud jusqu'à 4 fois par jour. Seul le thé chaud a des propriétés thrombotiques et doit être consommé chaud en cas d'infections actives ou de frissons et de fièvres récurrents. 

 

Décoctions 

Les décoctions sont des extractions d'eau plus fortes. Pour la maladie de Lyme, les extractions alcooliques ou la prise directe des herbes (elles seront extraites par les enzymes digestives) sont plus efficaces. Toutefois, si vous souhaitez utiliser des décoctions, suivez les règles suivantes. 

Les décoctions peuvent être préparées à partir d'un seul ou de plusieurs ingrédients. Ils peuvent être consommés chauds ou froids ou appliqués en externe. Après avoir préparé une décoction, conservez la partie non utilisée au réfrigérateur (jusqu'à 3 jours maximum).  

Décoction standard 

Versez 1 litre d'eau sur 30 grammes de l'herbe, couvrez et laissez mijoter pendant 10-20 minutes. Éteignez le feu et laissez infuser pendant une heure supplémentaire.  

 

Décoction forte 

Verser 1 litre d'eau sur 30 grammes d'herbe, couvrir et laisser mijoter jusqu'à ce que la quantité d'eau soit réduite de moitié. 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE V - PROTOCOLES POUR LES THÉRAPIES NATURELLES À UTILISER DANS LE TRAITEMENT DE LA BORÉLIOSE ET DES CO-INFECTIONS 

 

Dans ce chapitre, nous abordons les trois protocoles les plus couramment utilisés pour le traitement naturel de la maladie de Lyme et des co-infections. Les protocoles suivants sont à notre avis les plus efficaces et sont basés exclusivement sur des produits naturels (ils peuvent également être associés à une antibiothérapie après consultation de votre médecin). En plus des protocoles présentés ci-dessous, d'autres protocoles de phytothérapeutes réputés sont disponibles. 

 

PROTOCOLE DE BUHNER 

Le Protocole de Buhner est l'un des Protocoles naturels les plus connus pour le traitement de la maladie de Lyme et des co-infections staphylococciques. Stephen Harrod Buhner est un expert de classe mondiale en phytothérapie. Il a mis au point un traitement pour le traitement naturel de la maladie de Lyme et de la dermatite, basé sur des herbes testées cliniquement. Le travail méticuleux de Buhner et sa profonde compréhension de la maladie de Lyme lui ont permis de sélectionner les réponses uniques et les plus utiles de la phytothérapie à cette maladie. Les herbes recommandées par Buhner, en raison de leur structure chimique complexe, ont un très large spectre d'action. Non seulement ils tuent directement la bactérie Borrelia, mais ils renforcent également l'efficacité du système immunitaire et soulagent divers symptômes de la maladie de Lyme. Le Protocole Buhner comprend les plantes incluses dans le Protocole de base et de nombreuses autres plantes qui renforcent les effets de l'ensemble du Protocole.  

Le Protocole de Buhner est actuellement l'un des Protocoles à base de plantes les plus connus et les plus efficaces pour la maladie de Lyme, avec des milliers d'utilisateurs montrant des effets positifs du traitement. 

Buhner a publié trois livres dans lesquels il décrit en détail les Protocoles de traitement naturel de la maladie de Lyme et des co-infections : 

Protocole de traitement pour Borrelia, Chlamydia et Rickettsia : version polonaise disponible : Stephen Harrod Buhner "Traitement naturel de la maladie de Lyme et de ses co-infections - chlamydiose et rickettsioses du groupe de la fièvre boutonneuse. Deuxième édition, revue, augmentée et mise à jour." 

Protocole de traitement des Bartonella et Mycoplasma : version anglaise disponible : Stephen Harrod Buhner „Healing Lyme Disease Coinfections: Complementary and Holistic Treatments for Bartonella and Mycoplasma.” 

Protocole de traitement pour Babesia et Ehrlichia, Anaplasma : version anglaise disponible : Stephen Harrod Buhner „Natural Treatments for Lyme Coinfections: Anaplasma, Babesia, and Ehrlichia” 

Les schémas thérapeutiques du protocole Buhner ont été élaborés sur la base d'une connaissance et d'une compréhension approfondies de la dynamique des maladies de Lyme et des maladies transmises par les tiques, de leur impact sur les personnes, de l'expérience de médecins, de milliers d'articles, d'un examen de l'histoire de l'utilisation des plantes pour traiter ces maladies et d'autres affections similaires dans le monde entier, mais surtout de l'expérience personnelle de Buhner, un phytothérapeute exceptionnel qui travaille avec des patients atteints de la maladie de Lyme depuis 1986. 

M. Buhner a brisé les idées reçues sur l'approche du traitement de la maladie de Lyme. Selon lui, l'utilisation de l'action antimicrobienne seule est insuffisante. Selon M. Buhner, la maladie de Lyme et les infections transmises par les tiques, en raison de leur spécificité et de leur complexité, nécessitent une approche plus globale : 

Renforcement des structures colléniques, qui protégeront l'organisme des dommages causés par l'infection par la bactérie Borrelia. L'élément le plus important pour comprendre la base de la maladie de Lyme est le fait que la bactérie de Lyme a une grande affinité pour les structures de collagène. C'est la source de tous les symptômes de la borréliose de Lyme. Chaque symptôme de la maladie de Lyme a pour origine une lésion primaire des structures de collagène d'un organe ou d'un système. Si vous en prenez conscience, il vous sera plus facile de comprendre comment gérer les symptômes. Si vous protégez les structures de collagène, les symptômes vont commencer à s'atténuer. Buhner met l'accent sur le renforcement des structures de collagène et donne des directives spécifiques à ce sujet.  

Renforcement du système immunitaire afin que l'organisme se mobilise pour combattre l'infection. L'une des principales stratégies de la bactérie Borrelia et des infections transmises par les tiques est leur capacité à perturber le système immunitaire. Cela interfère avec le bon fonctionnement du système immunitaire, principalement en augmentant les niveaux d'IL-10 et en stimulant les réponses Th2 au lieu des réponses Th1. Dans ses Protocoles, Buhner fournit une liste de plantes responsables du rétablissement de la réponse immunitaire normale. La remodulation et la diminution des niveaux de cytokines IL-10 et des réponses de niveau Th2 permettent de réduire de nombreux symptômes de la maladie de Lyme et d'éliminer l'infection de l'organisme.  

 

La suppression de l'inflammation initiée par la bactérie, en particulier dans le système nerveux central, en modulant la cascade de cytokines. En bref, la bactérie déclenche une cascade de cytokines qui entraîne la dégradation des tissus, laquelle devient la source de nombreux symptômes chez les patients atteints de la maladie de Lyme. Il existe des plantes qui sont spécifiques pour perturber la cascade de cytokines que le corps déclenche lors d'une infection. L'utilisation de plantes spécifiques permet de stopper la plupart des inflammations dans l'organisme et d'entraver la capacité des agents pathogènes à localiser et à pénétrer dans les cellules cibles, à accumuler des nutriments et à se reproduire. Si nous perturbons la nutrition des bactéries et leur capacité à se reproduire, elles ne pourront pas survivre dans l'organisme. 

 

 Protection des structures et des cellules qui sont infectées par la bactérie Borrelia. Buhner a sélectionné des herbes pour protéger ces structures. Ceci est extrêmement important pour stopper l'expansion de la bactérie et éliminer un grand nombre des symptômes associés à la maladie. 

 

  Aide à inactiver les toxines produites par les micro-organismes.    

    

 Traitement des symptômes. Dans son protocole étendu, Buhner énumère de nombreux ensembles de plantes pour les symptômes neurologiques, articulaires, cardiaques, cutanés, les douleurs migraineuses, les problèmes de sommeil et bien d'autres symptômes. 

Destruction des spirochètes de Lyme et des agents pathogènes transmis par les tiques. L'action antimicrobienne doit être présente, mais pour que le traitement soit pleinement efficace, il doit aller de pair avec l'inhibition de toute une série de processus induits par les bactéries dans l'organisme. 

 

La décomposition du biofilm. Les biofilms sont des agrégats de micro-organismes qui servent à protéger ces agents pathogènes des conditions environnementales défavorables.  Les micro-organismes au sein de la structure du biofilm sont immergés dans une substance exopolymérique (EPS) qui maintient la structure du biofilm. Au sein du biofilm, les bactéries peuvent communiquer entre elles, se multiplier, transférer la résistance acquise aux antibiotiques, effectuer des processus vitaux tels que le métabolisme, synthétiser des protéines ou réparer l'ADN. Le principal facteur permettant aux bactéries de former des biofilms est la réaction de "quorum sensing". Le phénomène de quorum sensing est un moyen pour les micro-organismes de communiquer entre eux au moyen de molécules spéciales, des composés chimiques appelés autoinducteurs. La structure du biofilm donne un abri à un groupe plus important de bactéries. La capacité de former un biofilm est l'une des principales stratégies utilisées par la bactérie Borrelia pour les infections chroniques et à long terme. Il est important de briser le biofilm, mais il ne faut pas le faire de manière agressive. La dégradation agressive du biofilm peut entraîner la libération rapide de bactéries, de fragments bactériens et de fragments de biofilm dans l'organisme, parfois en grand nombre. Ces fragments peuvent également se déplacer dans l'organisme et prendre racine dans une autre partie du corps, entraînant l'apparition de nouveaux problèmes de santé. Le biofilm de Borrelia doit donc être décomposé lentement, ce qui conduit progressivement à son élimination. Il existe un grand nombre de plantes et de compléments alimentaires qui permettent de détruire efficacement mais en douceur le biofilm formé par les spirochètes de Lyme et d'inhiber la détection du quorum.  Cela évite le risque que des fragments de biofilm soient libérés trop rapidement dans l'organisme. Buhner a choisi un Protocole pour que les herbes déjà utilisées décomposent le biofilm de manière progressive et douce pour l'organisme. Il s'agit notamment d'Andrographis paniculata, de la Renouée du Japon, de la scutellaire du Baïkal, de la NAC et de la Rhodiola rosae. 

 

Cette approche globale donne de très bons résultats thérapeutiques. 

Nous allons nous arrêter ici un instant.  

N'ignorez aucune des étapes mentionnées ci-dessus. Chacun d'entre eux est également important. En les combinant, on obtient un effet sensationnel. Buhner décrit cela en détail dans son livre "Natural Treatment of Lyme Disease and its Co-Infections - Chlamydiosis and Spotted Fever Rickettsioses". Deuxième édition, revue, augmentée et mise à jour." Nous vous recommandons de lire cette publication.  

Si vous décidez de suivre ce Protocole, veuillez vous référer aux directives du Protocole dans le livre de Buhner. Si vous avez des doutes ou des questions, veuillez nous contacter et nous vous aiderons. Une fois que vous vous serez familiarisé avec le schéma, retournez au premier chapitre de ce guide et apprenez à planifier efficacement votre thérapie à l'aide du planificateur que nous avons préparé.  

 

Voici quelques conseils pratiques importants que vous ne devez pas oublier lorsque vous appliquez le Protocole Buhner :  

Le traitement ne doit pas être arrêté avant 12 mois. Si vous vous sentez bien après quelques mois, ce n'est pas encore un signe que vous êtes guéri. La bactérie Borrelia forme des biofilms complexes, se développe sous différentes formes, se referme en kystes et il faut du temps pour éradiquer toutes ses formes. Si vous arrêtez le traitement trop tôt, l'infection non traitée reviendra quelque temps plus tard, les symptômes s'aggraveront à nouveau et vous devrez recommencer le traitement depuis le début. 

Buhner définit les doses maximales de plantes médicinales. Les doses maximales doivent être maintenues jusqu'à la disparition des symptômes. Après cette période, mais pas du jour au lendemain, vous pouvez réduire progressivement les doses et passer à des doses d'entretien. Si les symptômes réapparaissent aux doses inférieures, revenez aux doses maximales.  

 Si vous êtes diagnostiqué comme ayant la maladie de Lyme et que vous ne présentez aucun symptôme, restez sous le dosage maximal pendant au moins 60 jours, puis passez au dosage d'entretien.  

  Le dosage donné par Buhner fonctionne bien pour la plupart des gens et est bien toléré. Cependant, vous devez garder à l'esprit que votre corps peut réagir individuellement et que les doses spécifiées dans le protocole peuvent être trop élevées ou trop faibles pour vous. M. Buhner souligne que si votre système immunitaire est très sain ou si votre cas est très léger, vous aurez probablement besoin de doses plus faibles. Si votre système immunitaire est en mauvais état ou si votre état est très mauvais, vous aurez probablement besoin de doses plus élevées. Si vous êtes très sensible aux substances externes (cela concerne environ 1 % des patients), vous devrez peut-être utiliser de très petites doses, voire une à cinq gouttes à la fois. 

Buhner donne ses directives sur les herbes à utiliser et comment les utiliser. Toutefois, cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas inclure d'autres herbes supplémentaires. Si vous réagissez bien à une plante qui ne figure pas dans le protocole, vous pouvez l'utiliser. Les herbes recommandées par Buhner n'ont aucune interaction négative avec d'autres herbes. Ils agissent en synergie les uns avec les autres.  

Les herbes peuvent être mélangées entre elles. Il n'est pas nécessaire de les prendre séparément. Vous pouvez verser toutes les teintures mesurées dans un verre et les boire ensemble, ou verser toutes les herbes moulues dont vous avez besoin dans un verre, verser de l'eau tiède dessus et les boire avec le sédiment.  

Si vous utilisez un produit aux propriétés détoxifiantes, par exemple de la zéolite, utilisez un intervalle de min. Si vous utilisez un produit détoxifiant, par exemple de la zéolite, respectez un intervalle d'au moins 1,5 heure après la prise de la dose de plantes. 

Beaucoup de gens omettent l'utilisation du collagène dans la thérapie. C'est une grave erreur. Nous avons déjà parlé de l'importance du collagène. Adoptez donc un régime riche en collagène, et si vous n'êtes pas en mesure d'apporter suffisamment de collagène à votre corps par le biais de votre alimentation, introduisez des compléments alimentaires. 

 Rappelez-vous que les bactéries ne développent pas de résistance aux herbes. La structure chimique des herbes est très complexe, trop complexe pour qu'une résistance puisse se produire. Au lieu d'une seule substance chimique, les plantes contiennent des centaines ou des milliers de composés différents.  

 Donnez à votre corps le temps et les chances de se régénérer. Votre corps a besoin d'au moins un an pour récupérer. Ne vous fatiguez pas trop, même lorsque vous vous sentez mieux. Reposez-vous. Ce n'est pas le moment pour un entraînement intensif. Une activité physique modérée est acceptable, mais pas d'entraînement à haute intensité ou de marathon.   

 

PROTOCOLE DE COWDEN 

 

Le Protocole de Cowden est un Protocole développé par le Dr. W. Lee Cowden et il est conçu pour les personnes aux stades précoce et avancé de la maladie de Lyme et pour minimiser les symptômes associés à la maladie de Lyme. Le Protocole de Cowden est également utilisé pour d'autres co-infections à tiques et d'autres maladies chroniques. 

Le Protocole de Cowden utilise 14 produits Nutramedix différents, dont 7 herbes appelées Microbial Defense qui présentent une activité antimicrobienne. Les deux premières herbes, Banderol et Samento, ont été testées in vitro par le Dr Eva Sapi et son équipe de l'université de New Haven, dans le Connecticut. Il a été prouvé que ces deux plantes éliminent toutes les formes de bactéries Borrelia burgdorferi (spirochètes, kystes, biofilm). Banderol et Samento se sont également révélés plus efficaces que la doxycycline pour décomposer les kystes et le biofilm de la bactérie Borrelia. Le docteur Richard Horowitz, de l'État de New York, a constaté que le Protocole Cowden est efficace chez 70 à 80 % des patients atteints de la maladie de Lyme à un stade avancé et présentant des co-infections, dans un délai de 4 à 6 mois, même si l'état du patient ne s'est pas amélioré auparavant après plusieurs séries d'antibiotiques. Le Dr Horowitz a présenté ses recherches sur l'utilisation du Protocole Cowden chez les patients atteints de la maladie de Lyme et de co-infections, lors de la conférence de l'ILADS à l'automne 2007. Une étude de 9 mois utilisant le Protocole Cowden a également été menée par le Centre de la maladie de Lyme à Augsbourg, en Allemagne. L'étude s'est achevée en 2012 et a montré que 80 % des patients présentaient une amélioration de leurs symptômes (évalués par un entretien avec le patient) et 90 % une amélioration des résultats des tests sanguins en laboratoire. 

L'une des raisons du succès du Protocole de Cowden est que les produits de Microbial Defense ont un large spectre d'action - contre les bactéries, les champignons, les parasites et même les virus, présentent des effets anti-inflammatoires et ne sont pas toxiques pour l'organisme. L'utilisation de plantes permet de lutter contre l'infection à Borrelia et d'autres infections microbiennes, de supprimer les symptômes accompagnant la maladie, de renforcer le travail du système immunitaire, de ne pas provoquer de dysbiose intestinale et d'être sans danger dans leur utilisation. Des études toxicologiques menées à l'université de Guayaquil, en Équateur, ont montré que les herbes du Protocole Cowden peuvent être administrées aux animaux des milliers de fois au-delà de la dose recommandée sans que le comportement des animaux ou l'histopathologie des organes ne soient modifiés. 

 

 

 

 

Description des caractéristiques générales de tous les produits du Protocole de Cowden : 

Banderol Microbial Defense : propriétés anti-inflammatoires, large spectre d'activité antibactérienne, antivirale, antiparasitaire, efficace contre Borrelia burgdorferi et d'autres souches de bactéries Borrelia et les co-infections transmises par les tiques telles que Bartonella, Babesia, Chlamydia, Mykoplasma, Rickettsia (y compris Coxiella et Erlichia) et Cytomégalovirus. 

Burbur-Pinella Detox: ce produit favorise la détoxification du cerveau et du système nerveux central, nettoie l'organisme des toxines et des biotoxines, détoxifie le foie, les reins, le système lymphatique et les espaces intercellulaires, purifie le sang. Élimine les toxines du cerveau, de la colonne vertébrale et du système nerveux périphérique. Burbur-Pinella est également efficace pour réduire les réactions de Herx. 

Cumanda Microbial Defense: propriétés anti-inflammatoires, large spectre d'activité antibactérienne, antivirale, antiparasitaire, efficace contre la bactérie Borrelia burgdorferi et d'autres souches de bactéries Borrelia et les co-infections transmises par les tiques. Il présente également une forte activité antifongique contre Candida, Apargillus et Mucor.  Il possède également des propriétés permettant de traverser la barrière hémato-encéphalique. 

Enula Microbial Defense: propriétés anti-inflammatoires, large spectre d'activité antibactérienne, antifongique, antivirale, antiparasitaire, efficace contre Borelia et certaines espèces de Babesia. 

Houttuynia Microbial Defense: propriétés anti-inflammatoires, large spectre d'activité antibactérienne et antifongique, efficace contre la bactérie Borrelia burgdorferi et d'autres souches de bactéries Borrelia et les co-infections transmises par les tiques. Hautement efficace contre la Bartonella. 

Magnesium malate: c’est une forme de magnésium qui est très bien absorbée par l'organisme. Le magnésium est un minéral essentiel nécessaire au bon fonctionnement de l'organisme. La plupart des personnes souffrant de maladies chroniques présentent une carence en magnésium. Environ cinquante pour cent des enzymes métaboliques, qui sont en définitive responsables de la production d'énergie ATP pour le bon fonctionnement des cellules, ont besoin de magnésium comme cofacteur. Le magnésium est essentiel au maintien d'un rythme cardiaque normal, de la pression sanguine, des fonctions nerveuses et cérébrales, de la contraction et de la diastole des muscles squelettiques, ainsi que des muscles lisses des intestins, des voies biliaires, du canal pancréatique, etc. 

Mora Microbial Defense: propriétés anti-inflammatoires, large spectre d'activité antibactérienne, antifongique, antivirale, antiparasitaire. 

Parsley Detox: débarrasse l'organisme des toxines et des biotoxines, détoxifie le foie, les reins, le système lymphatique et les espaces intercellulaires, purifie le sang. Parsley Detox est également efficace pour réduire les réactions Herx. De plus, il comble les carences en calcium, fer, thiamine, riboflavine, carotènes, vitamine A et vitamine C. 

Samento Microbial Defense: c’est un modulateur efficace du système immunitaire, présentant un large spectre d'activité antibactérienne, antifongique, antivirale et antiparasitaire, efficace contre la bactérie Borelia burgdorferi et d'autres souches de bactéries Borrelia et contre les co-infections. 

Sealantro Metal Detox: aide à détoxifier l'organisme des métaux lourds, de diverses biotoxines et de nombreuses autres substances toxiques. 

Serrapeptase: est une enzyme protéolytique (qui casse les protéines) obtenue à partir du tube digestif des vers à soie. Cette enzyme digère la fibrine qui entoure la bactérie Borrelia et aide à briser le biofilm microbien. En décomposant la fibrine qui protège les bactéries, les cellules immunitaires peuvent attaquer et combattre efficacement la microflore pathologique. En outre, la Serrapeptase décompose la fibrine adhérant aux parois capillaires et améliore ainsi le transport de l'oxygène vers les tissus. Ainsi, dans les tissus où régnaient des conditions anaérobies, favorables à la croissance bactérienne, l'environnement devient aérobie, c'est-à-dire défavorable aux bactéries. 

Sparga Sulphur Detox:  aide à éliminer de l'organisme les sulfoantibiotiques et autres médicaments à base de sulfamide, qui bloquent les voies de conjugaison des sulfates et des toxines du glutathion. 

Stevia: présente une activité antibactérienne contre toutes les formes de bactéries de Lyme et contre le biofilm, un antifongique à large spectre et une activité antioxydante. 

Takuna Microbial Defense : présente de très fortes propriétés antibactériennes, antivirales et antifongiques. Il réduit les symptômes accompagnant les infections. 

 

Informations supplémentaires: 

Les personnes qui suivent le programme de Soutien DE Cowden doivent boire 2 à 3 litres d'eau par jour (moins pour les enfants en fonction de leur poids). Les individus doivent réduire leur stress et utiliser des techniques de relaxation. Un bon repos nocturne est très important - ils doivent dormir dans une chambre sombre entre 23 heures et 6-7 heures du matin au plus tard. Le régime doit contenir de grandes quantités de légumes et de fruits crus, de préférence biologiques, et exclure le sucre, l'excès d'amidon, les aliments transformés, les produits contenant du blé, les produits laitiers (d'origine bovine) et les huiles raffinées. Le régime alimentaire est un élément important de l'amélioration de la santé. 

ATTENTION : Les fibres et la plupart des produits utilisés comme liants de toxines peuvent être pris au plus tôt 30 minutes après la prise de tout produit du Protocole Cowden et au moins 4 heures avant la prise de tout produit du Protocole Cowden. Les produits tels que le charbon actif, l'argile bentonite et la cholestyramine (Questran) ne doivent être pris qu'en cas de nécessité absolue, par exemple en cas de réaction d'Herxheimer. 

Si vous décidez d'utiliser le Protocole Cowden pour vous-même, suivez attentivement les instructions fournies avec les produits. Les instructions sont très détaillées et comprennent des tableaux sur la façon d'utiliser le produit chaque jour. Les produits sont déjà préparés dans des kits prêts à l'emploi et divisés en kits du 1er au 9e mois.  

 

 

 

PROTOCOLE DE RESEARCHED NUTRITIONALS®      

      

La société Researched Nutritionals® a développé des Protocoles pour la maladie de Lyme et ses co-infections sur la base de ses propres produits et recherches. Leurs Protocoles sont souvent utilisés par les médecins de l'ILADS. Ils peuvent être utilisés soit en même temps qu'une antibiothérapie, soit comme un traitement distinct et autonome.  

Les produits Researched Nutritionals® font l'objet de recherches scientifiques et d'essais cliniques afin de démontrer leur efficacité. La composition individuelle des produits, leur haute qualité et les réactions positives de nombreux patients atteints de la maladie de Lyme et de maladies transmises par les tiques nous ont convaincus d'inclure ce Protocole dans notre liste des meilleures thérapies naturelles pour la maladie de Lyme.  

Les produits ne sont pas bon marché. Ce prix s'explique probablement par le coût élevé de la recherche scientifique et des essais cliniques auxquels les produits sont soumis. Toutefois, si vous consultez le tableau du Planificateur à la page 21 (Résumé des Protocoles de recherche de Nutritionals®), vous verrez qu'en utilisant des produits pour la maladie de Lyme, vous affectez en fait de nombreuses autres co-infections. Si vous avez une infection composée de Borrelia et de 2 ou 3 co-infections, alors en basant le Protocole sur Borrelia, en fonction des co-infections coexistantes, cela peut être totalement suffisant comme par exemple dans le cas d'une infection établie Borrelia + Bartonella + Chlamydia, ou vous pouvez ne donner qu'un seul produit pour compléter le Protocole comme par exemple dans le cas de Babesia. 

Pour décider de ce type de thérapie, utilisez les directives du chapitre I et le planificateur et les informations qu'il contient. À la page 21, vous trouverez un résumé des Protocole de Researched Nutritionals® pour vous aider à planifier votre thérapie et aux pages 27-33, les protocoles sont clairement exposés. 

De nombreuses personnes ne connaissent pas ce protocole. Examinons maintenant la stratégie adoptée par Researched Nutritionals® pour aborder le problème de la maladie de Lyme. 

 

Régulation de la cascade de cytokines. Nous avons écrit à ce sujet lorsque nous avons discuté du protocole Buhner. Researched Nutritionals® a également identifié la régulation des cytokines comme l'un des principaux éléments de la thérapie. Leur réponse à ce problème est un produit : CytoQuel®, une formule à plusieurs ingrédients qui fonctionne très bien dans la régulation des cytokines. Il comprend de la N-acétyl cystéine (NAC), de l'extrait de thé noir, de l'extrait de curcuma, des DeltaGold® Tocotrienols et du Resveratrol. 

 

Régulation de l'expression de la cytokine IL-10 et régulation de la réponse cellulaire, c'est-à-dire la régulation correspondante du système immunitaire, qui a été perturbé pendant l'infection. Ce point a également été abordé dans le protocole Buhner. Afin de réguler le système immunitaire, trois produits sont introduits : Multimessager, Messager N° 1 et Facteur de transfert L+.  

 

     Multimessenger dans sa composition contient : Betaine HCl, Inositol, Beta glucan, Larix occidentalis (Mélèze de l'Ouest), Camellia sinensis (Thé de Chine), Punica granatum (Grenade), Astragalus membranaceus (Astragale), Zinc (sous forme de citrate de zinc), Calcium, Méthylcobalamine (Vitamine B12), Sélénium (sous forme de L-sélénométhionine)  

 

     Messenger n° 1 contient : Inositol, beta-glucan, colostrum, Lactobacillus acidophilus et Bifidobacterium bifidum. 

 

Transfer factor L+ contient : betaglucanes, IP-6, colostrum et souches de lactobacillus 

 

Augmentation de l'activité des cellules NK (Natural Killer cells) et optimisation de la détoxification. Les cellules NK sont des cellules du système immunitaire. Dans le contexte de la maladie de Lyme, nous sommes surtout intéressés par les cellules NK CD57. Les maladies chroniques actives suppriment le système immunitaire et entraînent une perte des sous-populations de cellules NK CD57 (cellules tueuses naturelles), qui constituent la ligne de défense naturelle du corps humain. Les personnes présentant un faible nombre de cellules NK CD57 seraient de moins bonne humeur et plus susceptibles de développer une maladie de Lyme neurologique. Il semble donc souhaitable d'augmenter l'activité de ces cellules. À cette fin, la Glutation a été proposée, qui soutient en outre la détoxification. 

 

Contrôle des agents pathogènes: Borrelia et les co-infections. Le produit proposé ici est le BLt et le Myc-P, qui ont des applications dans la maladie de Lyme et de nombreuses co-infections. 

 

      BLt est une composition synergique des herbes suivantes : racine rouge, racine de salsepareille, Lomatium dissectum. Ceanothus americanus), racine de salsepareille (Smilax Ornata), Lomatium dissectum (plante de céleri, Lomatium dissectum), extrait de brou de noix noire (Juglans nigra), Stillingia sylvatica (plante de loup, Stillingia sylvatica), plante d'orchidée (Eupatorium perfoliatum), ciboulette (Dipsacus). 

 

      MYC-P est une composition synergique d'Isatis Root (Isatis Indigotica), Cordyceps (Cordyseps Sinesis), Houttuynia (Houttuynia Cordata), Racine de scutellaire chinoise (Scuttellaria Baicalensis), Cat's Claw (Uncaria Tomentosa), Sida Acuta Leaf (Sida Acuta), Bearberry (Arctostaphylos Uva-Ursi), Stillingia Root (Stillingia Sylvatica). 

 

Protection des organes. Un autre aspect qui se recoupe avec le protocole Buhner. La protection des structures et des organes permet de stopper l'expansion des bactéries et d'éliminer de nombreux symptômes accompagnant la maladie.Ici, on a utilisé exactement les mêmes produits que précédemment, à savoir BLt et Myc-P. Vous pouvez constater la richesse de la composition de ces produits. Les plantes présentent des propriétés protectrices sur de nombreux organes et structures tels que l'endothélium.  

 

Soutien mitochondrial. Researched Nutritionals® met l'accent sur le soutien des mitochondries. Les mitochondries sont les principaux centres énergétiques de la cellule. La maladie de Lyme entraîne un affaiblissement des mitochondries, qui sont incapables de fonctionner correctement et de produire suffisamment d'énergie dans les cellules endommagées. Il en résulte toute une série d'affections. Pour soutenir les mitochondries, Researched Nutritionals® recommande ATP 360. 

ATP 360® a été développé pour apporter un soutien complet aux mitochondries en favorisant la croissance et la mitose des mitochondries, en soutenant une membrane mitochondriale saine et en apportant les cofacteurs nécessaires à une production optimale d'énergie cellulaire. 

 

    7. Désintégration du biofilm. A été discuté lors de la description du protocole Buhner. Researched Nutritionals® propose BioDisrupt. 

 

      BioDisrupt contient : Mélange EnzymeDisrupt™ (lysozyme, serratiopeptidase, bêta-glucanase, lipase, protéase 4,5, cellulase, hémicellulase), mélange HerbDisrupt™ (extrait de fruit de canneberge, barberine, extrait de romarin, poudre d'huile de menthe) et N-acétylcystéine. 

 

Comme vous pouvez le constater, les grands principes du Protocole Buhner et du Protocole Researched Nutritionals® se recoupent. Cependant, différentes substances sont recommandées.  Le principal avantage de cette différence est que si, pour une raison quelconque, vous ne pouvez pas suivre le Protocole de Buhner ou si vous n'y réagissez pas très bien, vous pouvez essayer le Protocole de Researched Nutritionals®. Tous les principes les plus importants sont respectés et la composition des produits est différente, de sorte que votre corps peut réagir différemment. La même chose en sens inverse. Si vous n'avez pas bien répondu au Protocole Researched Nutritionals®, vous avez toujours la possibilité d'utiliser le Protocole Buhner ou le Protocole Cowden.  

 

OÙ PUIS-JE COMMANDER LES HERBES ET LES SUPPLÉMENTS DONT PARLE LE PLANIFICATEUR ? 

 

Vous pouvez commander les herbes du protocole Buhner, du protocole Cowden et la plupart des autres herbes et suppléments sur le site Web du magasin www.lymeherbs.fr 

Le magasin propose des herbes sous différentes formes :  

teintures 

extraits non alcoolisés 

gélules 

herbes coupées  

herbes moulues 

 

Dans la rubrique "Packages", vous trouverez des ensembles d'herbes prêts à l'emploi pour une infection donnée.  

 

Bibliographie  

 

Darin Ingels “ The Lyme Solution. A 5-Part Plan to Fight the Inflammatory Auto-Immune Response  and Beat Lyme Disease.” 

Easley Thomas; Horne Steven. “The Modern Herbal Dispensatory (p. 2)”. North Atlantic Books. 

Gerard Nowak „Surowce roślinne stosowane w wyczerpaniu psychofizycznym i stresie” [Remèdes à base de plantes contre l'épuisement psychophysique et le stress] 

Jacob Teitelbaum “From Fatigued to Fantastic!” 

Marek Krzystanek, Artur Pałasz, Ewa Krzystanek, Irena Krupka-Matuszczyk, Ryszard Wiaderkiewicz, Rafał Skowronek „S-adenozylo L-metionina w schorzeniach OUN.” [La S-adénosyl L-méthionine dans les troubles du SNC] 

Paweł Malinowski “Umysł, ciało, duchowość.” [L'esprit, le corps, la spiritualité] 

Richard I. Horowitz “ How Can I Get Better?: An Action Plan for Treating Resistant Lyme & Chronic Disease” 

Stephen Harrod Buhner: “Herbal Antibiotics: Natural Alternatives for Treating Drug-Resistant Bacteria.” 

Stephen Harrod Buhner: “Healing Lyme Disease Coinfections: Complementary and Holistic Treatments for Bartonella and Mycoplasma.” 

Stephen Harrod Buhner: “Healing Lyme: Natural Healing of Lyme Borreliosis and the Coinfections Chlamydia and Spotted Fever Rickettsiosis.” 

Stephen Harrod Buhner “Natural Treatments for Lyme Coinfections: Anaplasma, Babesia, and Ehrlichia.” 

Stephen Harrod Buhner “Herbal Antivirals: Natural Remedies for Emerging Resistant and Epidemic Viral Infections.” 

William Rawles “Unlocking Lyme. Myths, truths and practical solutions for chronic Lyme disease.” 

Product added to wishlist
Product added to compare.

En utilisant le site Web, vous consentez à l'utilisation de cookies. Plus d'informations peuvent être trouvées dans la Politique du privé.